Agressions sexuelles – Scandale à «The Voice of Holland», l'émission stoppée
Publié

Agressions sexuellesScandale à «The Voice of Holland», l'émission stoppée

L’émission néerlandaise a été suspendue samedi dernier, après des allégations d’agressions sexuelles. Deux plaintes ont été déposées.

RTL a limogé le rappeur Ali B., qui fait l’objet de plaintes.

RTL a limogé le rappeur Ali B., qui fait l’objet de plaintes.

YouTube

L’émission musicale néerlandaise phare «The Voice of Holland» a été suspendue, après des allégations d’agressions sexuelles qui ont choqué aux Pays-Bas. Une émission détaillant les accusations de comportements sexuellement transgressifs et d’abus de pouvoir au sein du célèbre télé-crochet devait être diffusée jeudi, en fin d’après-midi, sur YouTube. Cette affaire marque le premier grand scandale #MeToo aux Pays-Bas.

Le diffuseur RTL a suspendu l’émission samedi dernier, après avoir été contacté pour la première fois au sujet d’allégations visant le chef du groupe de l’émission, Jeroen Rietbergen, et l’un de ses coachs, Ali B. RTL a limogé le rappeur, qui nie les allégations le concernant. Deux plaintes ont été déposées pour agressions sexuelles auprès des procureurs.

Des allégations «inacceptables»

Jeroen Rietbergen, 50 ans, a pour sa part démissionné le week-end dernier. Dans un communiqué, il a admis «des contacts de nature sexuelle avec des femmes impliquées dans le programme et des messages WhatsApp à caractère sexuel». Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a qualifié les allégations visant l’émission d’«inacceptables» et appelé à une enquête approfondie.

Véritable institution locale, «The Voice of Holland» a été diffusée pour la première fois aux Pays-Bas en 2010. Les allégations ont jeté dans la tourmente la version fondatrice de l’émission, dont le principe a été décliné des États-Unis à l’Afghanistan. C’est un e-mail de BOOS, affirmant travailler à son enquête depuis août dernier et avoir parlé aux victimes, qui a mis le feu aux poudres et mené à la suspension d’Ali B et à la démission de Rietbergen.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion