Présidence de l'Eurogroupe – Schäuble ne fait toujours pas l'unanimité

Publié

Présidence de l'EurogroupeSchäuble ne fait toujours pas l'unanimité

Frank-Walter Steinmeier, ténor du Parti social-démocrate allemand (SPD), s'est prononcé contre la nomination du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, à la tête de l'Eurogroupe.

Frank-Walter Steinmeier, ténor du Parti social-démocrate allemand (SPD) ne souhaite pas voir Wolfgang Schäuble à la tête de l'Eurogroupe.

Frank-Walter Steinmeier, ténor du Parti social-démocrate allemand (SPD) ne souhaite pas voir Wolfgang Schäuble à la tête de l'Eurogroupe.

AFP

«Je n'aime pas cette idée», a déclaré au journal Bild am Sonntag Frank-Walter Steinmeier, chef de file des députés SPD au Bundestag, ancien ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier.

«La domination de l'Allemagne sur la politique financière européenne est d'ores et déjà excessive en raison de notre puissance économique», a fait valoir M. Steinmeier, l'un des trois prétendants sociaux-démocrates à la succession de la chancelière allemande Angela Merkel, en 2013. M. Schäuble, un conservateur partisan de l'austérité, a fait un temps figure de favori pour succéder cet été au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de l'Eurogroupe, le forum des ministres des Finances de la zone euro.

Le mandat de Juncker s'arrêtera fin juin

Mais il fait face depuis l'élection de François Hollande à la présidence française aux réticences de Paris. Pour Frank-Walter Steinmeier, même si le gouvernement allemand obtiendra gain de cause s'il pèse de tout son poids pour obtenir cette nomination, il serait préférable que le poste soit dévolu à un dirigeant issu d'un membre moins important de la zone euro.

Le mandat de Jean-Claude Juncker, par ailleurs Premier ministre luxembourgeois, s'achève fin juin. Le chef sortant de l'Eurogroupe qui occupe cette fonction depuis la création du forum en 2005 a fait savoir qu'il ne souhaitait pas être reconduit à sa tête, jugeant cette double responsabilité trop lourde.

Les sociaux-démocrates et les Verts allemands avaient déjà demandé à la mi-mai à M. Schäuble d'abandonner le ministère des Finances s'il devait prendre la présidence de l'Eurogroupe, pour éviter toute suspicion de conflit d'intérêt.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion