Schmit: les retenus «auront plus de liberté»
Publié

Schmit: les retenus «auront plus de liberté»

LUXEMBOURG - Le pays aura un centre de rétention. Le ministre délégué à l'Immigration Nicolas Schmit explique pourquoi.

Lundi, les Luxembourgeois avaient l'occasion de poser leurs questions lors d'une conférence sur le centre de rétention. D'ici deux ans, il accueillera des illégaux avant leur expulsion. (afp)

Lundi, les Luxembourgeois avaient l'occasion de poser leurs questions lors d'une conférence sur le centre de rétention. D'ici deux ans, il accueillera des illégaux avant leur expulsion. (afp)

L'essentiel: D'où vient le besoin d'un centre de rétention?

Nicolas Schmit: Il en aurait fallu un depuis longtemps. Malheureusement, les retenus se trouvent dans la prison de Schrassig actuellement. Ce n'est pas conforme aux droits de l'homme. Ce ne sont pas des criminels, ils sont juste illégaux sur le territoire.

Combien de gens sont concernés en ce moment?

À Schrassig, il y a une trentaine de retenus, que des hommes. Il n'y a plus de place dans la prison pour femmes.

Qu'est-ce qui changera pour les retenus?

Ils auront plus de liberté, une préparation à leur éloignement par le personnel ou des organisations d'aide meilleure que dans un centre pénitentiaire comme Schrassig. On essayera de comprendre leur situation et de prendre en compte la diversité culturelle. On n'est pas expérimenté, on s'est donc inspiré en Suisse, Allemagne, Suède et Finlande.

Où et quand le centre sortira-t-il de terre?

Le centre se trouvera aux alentours du Findel. Le début des travaux est imminent. J'espère que le centre sera disponible dans deux ans.

sb

Ton opinion