Formule 1 – Sebastian Vettel: «Je me suis réveillé choqué»

Publié

Formule 1Sebastian Vettel: «Je me suis réveillé choqué»

Sebastian Vettel et Max Verstappen ont pris position, jeudi, en faveur d’une annulation du Grand Prix de Russie, après l’invasion de l’Ukraine.

Sebastian Vettel avant sa conférence de presse jeudi à Barcelone.

Sebastian Vettel avant sa conférence de presse jeudi à Barcelone.

AFP

Les champions du monde de Formule 1 Max Verstappen et Sebastian Vettel ne se voient pas participer au Grand Prix de Russie en septembre, ont-ils réagi à Barcelone, jeudi, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. «Je me suis réveillé choqué. C’est horrible de voir ce qu’il se passe. Pour ma part, mon opinion est que je ne devrais pas y aller, je n’irai pas», a réagi l’Allemand Sebastian Vettel, lors d’une conférence de presse en Catalogne, où se déroulent des essais de présaison de F1.

«Je pense que ce serait mal de faire une course dans le pays, a-t-il continué, alors que le GP est prévu le 25 septembre, à Sotchi. Je suis désolé pour les personnes innocentes qui perdent leur vie, qui sont tuées pour des raisons stupides», et en raison de «dirigeants très étranges et fous», a-t-il déclaré. «Nous allons en parler, mais ma décision est déjà prise», a conclu le pilote d’Aston Martin.

«Pas correct de courir dans un pays en guerre»

«Quand un pays est en guerre, il n’est pas correct d’y courir, c’est certain. Mais ce qui compte n’est pas ce que je pense, c’est l’ensemble du paddock qui décidera», a pour sa part déclaré le champion en titre, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull). La F1 «suit de très près les développements» de la situation, a réagi le championnat, dans un communiqué, ne donnant «aucun autre commentaire sur la course prévue en septembre».

La Russie de Vladimir Poutine a lancé, jeudi, une invasion de l’Ukraine, avec frappes aériennes et entrée de forces terrestres y compris en direction de la capitale Kiev, faisant dès les premières heures des dizaines de morts, selon les autorités ukrainiennes.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion