Elections en Italie – Seins nus pour dire «Berlusconi ça suffit»

Publié

Élections en ItalieSeins nus pour dire «Berlusconi ça suffit»

Des féministes se sont lancées sur le «Cavaliere», alors qu'il s'apprêtait à voter à Milan pour participer aux élections italiennes ce dimanche.

Trois féministes se sont lancées seins nus vers Silvio Berlusconi, alors qu'il s'apprêtait à entrer dans son bureau de vote à Milan pour participer aux élections générales en Italie où il est lui-même candidat. Les femmes, qui portaient toutes inscrites sur le dos le slogan «Basta Berlusconi» (Berlusconi ça suffit), ont été immédiatement interpellées et le Cavaliere a pu procéder au vote devant la nuée de photographes et cameramen.

Arrivées derrière la barrière de journalistes et photographes, les manifestantes ont couru pour se frayer un passage et sauter par dessus les barrières avant de se lancer, sans l'atteindre, sur l'ex-chef du gouvernement. La scène quelque peu cahotique, entre cris des manifestantes et des électeurs surpris ajoutés aux pleurs des enfants apeurés, s'est terminée rapidement avec l'interpellation des manifestantes.

Monti vote sans le moindre sourire

De son côté, le «professore» Mario Monti, la mine fermée, sans le moindre sourire, a posé devant les photographes son bulletin prêt à glisser dans l'urne. M. Bersani s'est montré lui légèrement plus détendu, selon les observateurs présents dans les bureaux de vote.

Quatre grandes coalitions s'affrontent devant les 47 millions d'Italiens appelés aux urnes: l'une, centriste, menée par le chef du gouvernement sortant Mario Monti, l'autre par son prédécesseur (centre-droit) Silvio Berlusconi, la troisième par le leader de la gauche Pier Luigi Bersani et enfin le trublion de la vie politique italienne l'ancien comique Beppe Grillo. Tout se jouera sans doute dans quelques régions clés, notamment dans la riche Lombardie. Le pire scénario serait que l'Italie se retrouve avec une majorité différente à la Chambre et au Sénat, rendant le pays ingouvernable, une hypothèse qui inquiète les marchés et partenaires de Rome.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion