Selena Gomez dévoile ses troubles mentaux

Publié

Anxiété, dépression, bipolaritéSelena Gomez dévoile ses troubles mentaux

Dans son documentaire, la chanteuse et actrice américaine ne cache rien de sa détresse psychologique et de ses soucis de santé.

par
Lauren Cavin-Hostettler
Selena Gomez lors de la première de son documentaire sur la santé mentale «My Mind & Me», le 2 novembre à Los Angeles.

Selena Gomez lors de la première de son documentaire sur la santé mentale «My Mind & Me», le 2 novembre à Los Angeles.

REUTERS

Selena Gomez, couchée dans une voiture, épuisée, refusant de prendre ses médicaments. Voici la scène d’ouverture de «My Mind & Me», le documentaire à propos de la santé mentale de la chanteuse et actrice, disponible sur Apple TV+ depuis le 4 novembre.

«Je vais vous révéler mes pires secrets», annonce-t-elle dans un extrait. Selena Gomez dévoile une facette vulnérable que le public ne voit pas toujours: sa dépression, son burn-out à cause duquel elle a interrompu sa tournée mondiale en 2016, les lourds traitements contre le lupus et ses troubles bipolaires. Elle avouait d’ailleurs à l’édition française de Vogue la semaine dernière: «Pour être honnête, certaines scènes me mettent encore mal à l’aise en les visionnant aujourd’hui».

Anxiété et perte de sens

Filmée depuis 2016 par Alek Keshishian, on voit l’artiste en pleurs, consolée par le réalisateur. Rongée par l’anxiété, la jeune femme aux 355 millions d’abonnés sur Instagram ne cache pas la pression qu’elle s’impose, due à l’attention que les autres portent sur elle. On la voit s’effondrer et rabaisser son travail, en le jugeant nul devant ses équipes, en pleines répétitions. Elle appelle aussi le président de son label pour s’excuser d’être si mauvaise, lui demandant même s’il regrette de l’avoir signée.

«Je ne veux plus être une célébrité. Je ne veux pas de ça». L’Américaine de 30 ans dénonce également l’acharnement médiatique et les campagnes de promotion qui n’ont plus de sens: «Je me sens vraiment comme un produit», regrette-t-elle après une interview expéditive dans laquelle elle ne s’est pas sentie écoutée par la journaliste. «Quelle perte de temps», soupire-t-elle après un autre de ces échanges.

Déclencher des conversations entre les gens

Plusieurs médias décrivent le film comme «une plongée dans les idées les plus sombres de l’une des stars les plus connues de la planète». «J’ai sacrifié mon histoire. Ça ne me dérange pas, c’est juste un peu bizarre. Mais j’espère qu’elle porte un message qui me dépasse et qui provoquera des conversations entre les gens», confiait-elle à Vulture, le 2 novembre.

Ton opinion

1 commentaire