Pour lancer deux satellites – SES fait de nouveau appel à SpaceX

Publié

Pour lancer deux satellitesSES fait de nouveau appel à SpaceX

LUXEMBOURG - L'opérateur européen de satellites SES a conclu un accord avec Space Exploration Technologies Corporation (SpaceX) en vue du lancement de deux nouveaux satellites en 2017.

AFP

Les satellites SES-14 et SES-16/GovSat, dont les commandes ont été annoncées respectivement la semaine dernière et début janvier par SES, seront lancés «à l'aide de la fusée Falcon 9», précise le groupe dans un communiqué. «SpaceX est un important partenaire de lancement prenant part à nos nouveaux investissements dans la flotte et à notre programme de croissance», a déclaré Martin Halliwell, directeur de la technologie chez SES.

«Nous nous réjouissons de travailler avec l'équipe de SpaceX sur ces deux nouvelles missions», a-t-il ajouté. Le satellite SES-14, commandé à Airbus, est «destiné à répondre à la croissance sur le continent américain et dans l'Atlantique Nord», avait indiqué SES la semaine dernière. Reposant «entièrement sur la propulsion électrique», il sera lancé au quatrième trimestre 2017. Le SES-16/GovSat a quant à lui «été commandé par LuxGovSat, une nouvelle coentreprise entre SES et le gouvernement du Luxembourg», précise le communiqué.

Bénéfice net à la hausse en 2014

Il sera lancé fin 2017 et couvrira l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. L'engin spatial «répondra aux besoins du Luxembourg en matière de communications militaires par satellite», avait annoncé SES en janvier. Ce n'est pas la première fois que le groupe SES fait appel à l'américain SpaceX, principal concurrent de l'opérateur européen de lancement Arianespace et de ses fusées Ariane, Soyouz et Vega. La mise en orbite, en décembre 2013, du satellite géostationnaire SES-8 avait marqué l'entrée de SpaceX sur le marché du lancement des satellites commerciaux, où il a joué depuis les trouble-fêtes avec des prix très concurrentiels.

«Le prochain satellite de SES qui sera lancé dans le courant de l'année par une fusée Falcon 9 est SES-9», ajoute le communiqué de SES. Il «élargira les capacités de SES en vue d'offrir des services de télévision directe par satellite et d'autres services de communications en Asie du Nord-Est, en Asie du Sud et en Indonésie, ainsi que des communications maritimes pour les navires dans l'Océan Indien». SES, qui revendique une position de leader mondial du secteur «grâce à sa flotte de plus de 50 satellites géostationnaires», a vu son bénéfice net repartir à la hausse en 2014 (+6%) à 600,8 millions d'euros. L'opérateur européen se veut notamment en pointe dans la commercialisation de l'Ultra HD, nouvelle norme pour la télévision à très haute définition, en fournissant des contenus adaptés grâce à ses satellites.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion