Scandale en Angleterre – Ses SMS douteux lui coûtent le poste de coach

Publié

Scandale en AngleterreSes SMS douteux lui coûtent le poste de coach

Annoncé comme nouveau manager de Crystal Palace, en Premier League, Malky Mackay n’entraînera pas les Londoniens. En cause, des textos insultants.

Les messages de Malky Mackay révélés par le «Daily Mail» sont très explicites.

Les messages de Malky Mackay révélés par le «Daily Mail» sont très explicites.

Tout semblait pourtant dans le sac. Le coach écossais de 42 ans, qui avait été éconduit du club gallois de Cardiff City en cours de saison dernière, faisait figure de favori pour succéder au démissionnaire Tony Pulis à la tête de Crystal Palace. Sauf qu’une série de textos à caractère très insultant ont eu raison de cette entente annoncée, relate le Daily Mail.

Ça ressemble d'ailleurs à un règlement de comptes entre anciens collaborateurs. L’ancien club de Malky Mackay, Cardiff, aurait en effet envoyé à la fédération britannique, la Football Association (FA), un dossier concernant une série de messages envoyés par l’Ecossais de son temps dans la capitale galloise. Ces SMS dépeignent Mackay comme quelqu’un de «raciste, sexiste et homophobe», explique le quotidien britannique.

«C’est un serpent gay»

Cardiff accuse également Iain Moody, actuel directeur sportif de Crystal Palace et ex-responsable du recrutement sous Mackay à Cardiff, de malveillance. Les deux hommes avaient évité de peu un procès avec le propriétaire asiatique du club gallois, Vincent Tan, en raison d’un conflit à la suite de leur limogeage. Mackay et Moody s’étaient finalement excusés et l’affaire s’était réglée à l’amiable.

Le Daily Mail va jusqu’à publier certains des messages incriminés de Malky Mackay. «C’est un serpent. Un serpent gay. On ne peut pas lui faire confiance», aurait envoyé le manager à des membres de son ex-club, à propos d’un dirigeant d’une équipe rivale. «Pas beaucoup de visages blancs parmi ceux-là, mais ça mérite réflexion», aurait-il envoyé à propos d’une liste de transferts potentiels. Ou encore un inélégant: «P… de niakoués. Il y a déjà assez de chiens à Cardiff pour nous tous», au sujet de l'arrivée de l'international sud-coréen Kim Bo-Kyung.

(L'essentiel/duf)

Ton opinion