Variole du singe: Sexe, âge: l'OMS esquisse le profil type des malades

Publié

Variole du singeSexe, âge: l'OMS esquisse le profil type des malades

Un premier portrait des malades touchés par la flambée actuelle de cas de variole du singe se dessine, selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

99.5% des malades qui ont renseigné leur sexe sont des hommes, avec un âge médian de 37 ans.

99.5% des malades qui ont renseigné leur sexe sont des hommes, avec un âge médian de 37 ans.

Le profil le plus commun est celui d'un homme de moins de 40 ans, vivant en Europe, ayant des relations sexuelles avec des hommes, et présentant des éruptions cutanées sur tout le corps et de la fièvre. Il ne s'agit là que d'un portrait grossier, dont le profil est représentatif de celui de la majorité des malades.

Avec 81.6% des 6 027 cas recensés dans le monde, l'Europe reste de très loin la région la plus touchée par la vague actuelle de cas de variole du singe, détectée en mai, en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest, où le virus est endémique. L'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne sont les pays les plus touchés au monde, avec plus de 1 000 cas chacun. La France comptait 498 cas au 6 juillet, selon les chiffres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Le Luxembourg en est à 8 cas.

Un homme de 37 ans

99.5% des malades qui ont renseigné leur sexe sont des hommes, avec un âge médian de 37 ans, révèlent les statistique de l'OMS. 60% des malades qui ont renseigné leur orientation sexuelle - soit environ un tiers du nombre total de personnes affectées - s'identifient en tant qu'homosexuelles, bisexuelles ou autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, selon le rapport.

Cousine éloignée de la variole, mais considérée comme bien moins dangereuse, la variole du singe guérit généralement d'elle-même, au bout de deux ou trois semaines. Le directeur de l'OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé mercredi, la tenue d'une réunion du Comité d'urgence de l'OMS sur le sujet, au plus tard, la semaine du 18 juillet. Lors de sa précédente réunion du 23 juin, le Comité avait refusé d'élever la flambée actuelle de cas au rang d'«urgence de santé publique de portée internationale», le plus haut degré d'alerte de l'organisation.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires