Mise en garde – Sexualité et violence dans les mondes virtuels
Publié

Mise en gardeSexualité et violence dans les mondes virtuels

L'agence américaine de protection des consommateurs a publié une mise en garde, signalant que les enfants pouvaient facilement déjouer les verrous de sécurité dans les mondes virtuels.

Une limite d'âge sur les jeux vidéo ne suffit pas, affirme la commission fédérale du commerce.

Une limite d'âge sur les jeux vidéo ne suffit pas, affirme la commission fédérale du commerce.

dr

Dans un avis aux consommateurs, la commission fédérale du commerce (FTC) a souligné qu'un grand nombre des mondes virtuels accessibles en ligne sont destinés uniquement aux adultes et exigent que les internautes confirment qu'ils sont âgés de 18 ans et plus avant d'y accéder.

"Mais une limite d'âge peut ne pas empêcher les enfants - surtout les adolescents curieux - de se frayer un chemin, accidentellement ou non" sur ces sites, a dit la FTC. Selon l'agence, ces enfants risquent alors d'être confrontés à des comportements de nature à les perturber. "L'anonymat des avatars peut encourager certains à 'se lâcher', et avoir des comportements qui peuvent être jugés inconvenants, en particulier pour les pré-adolescents et adolescents", a dit la FTC.

"Surveiller tout changement dans leur comportement"

"En effet, les visiteurs peuvent trouver l'équivalent en ligne d'un quartier rouge avec des activités sexuelles ou de la violence virtuelles", a ajouté l'agence. Dans les mondes virtuels, les internautes créent des avatars -personnages qui les représentent- et les placent dans des univers en 3-D où ils peuvent interagir en temps réel avec d'autres utilisateurs.

La FTC suggère aux parents de vérifier les mondes virtuels que leurs enfants fréquentent et de "surveiller tout changement dans leur comportement".

La FTC a dit avoir examiné 27 mondes virtuels en ligne destinés aux jeunes enfants, aux adolescents et aux adultes. Au moins une occurrence de contenu sexuel ou violent a été repérée dans 19 de ces 27 mondes, avec une "quantité importante" de contenu explicite dans cinq d'entre eux, selon la FTC.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion