Cinéma – Sienna Miller a saboté le début de sa carrière
Publié

CinémaSienna Miller a saboté le début de sa carrière

L'actrice britannique revient sur ses débuts à Hollywood dans «Harper's Bazaar». Alors qu'elle débutait dans le cinéma, elle ne prenait pas les choses sérieusement…

Sienna Miller est âgée de 35 ans.

Sienna Miller est âgée de 35 ans.

Thibault Camus

Sienna Miller regrette de ne pas avoir pris sa carrière plus au sérieux quand elle a débuté le métier d'actrice. La belle britannique est devenue célèbre en jouant dans «Irrésistible Alfie» avec Jude Law, et elle a également joué la muse d'Andy Warhol, Edie Sedgwick, dans «Factory Girl», en 2006.

Malgré sa popularité, l'actrice regrette aujourd'hui de ne pas s'être investie plus entièrement pour se faire connaître dans les milieux qui comptent. «Les fêtes de Hollywood ne sont pas censées être amusantes. C'est du travail, dit-elle au Harper's Bazaar britannique. À certains moments, je me suis clairement sabotée moi-même. Je pense que si j'avais eu la tête sur les épaules, comme je l'ai aujourd'hui, j'aurais sans doute eu beaucoup plus de succès».

Un projet potentiel avec Clint Eastwood

La comédienne âgée de 35 ans explique qu'elle s'inspire des rebelles des années 1990 et cite Liam Gallagher comme l'une de ses idoles lorsqu'elle a démarré dans le métier. Elle a mis longtemps à intégrer que les actrices doivent être «discrètes et élégantes» au contraire de son idole, mais heureusement, certaines personnes l'ont aiguillée dans la bonne voie. «Je m'éclatais et j'ai fait des boulots dont je suis fière, pour lesquels j'ai été soutenue. Je pense que les gens m'aimaient bien parce que je n'étais pas une enfoirée», avance-t-elle.

Depuis qu'elle a séduit le public grâce à ses performances dans Foxcatcher en 2014 et dans «Live by night» cette année, la belle blonde a confiance pour aller chercher des rôles qui la mettent en danger - notamment un projet potentiel avec Clint Eastwood. Mais Sienna Miller, maman d'une fille de 4 ans, a encore du mal à se vendre aux réalisateurs.

«Je pense que c'est un truc d'Anglais. Je manque d'une façon d'être essentielle à ce milieu, il faut poursuivre les gens de manière active et il faut les séduire, pas de manière sexuelle, mais, vous voyez, soigner ses relations», détaille-t-elle. «Cette propension à considérer les choses, à réfléchir vraiment et à élaborer une certaine stratégie, c'est sûrement venu quand j'ai eu un enfant».

(L'essentiel)

Ton opinion