Vladimir Poutine – Skripal est un «salaud» et «un traître à la patrie»

Publié

Vladimir PoutineSkripal est un «salaud» et «un traître à la patrie»

Le président russe s'en est pris à l'ex-agent double empoisonné en mars en Angleterre, affirmant que celui-ci avait continué de collaborer avec les services secrets occidentaux.

Former Russian military intelligence colonel Sergei Skripal attends a hearing at the Moscow District Military Court in Moscow on August 9, 2006.
Sergei Skripal, a former Russian double agent whose mysterious collapse in England sparked concerns of a possible poisoning by Moscow, has been living in Britain since a high-profile spy swap in 2010. Police were probing his exposure to an unknown substance, which left him unconscious on a bench in the city of Salisbury and saw media draw parallels to the case of Alexander Litvinenko, an ex-spy who died of radioactive polonium poisoning in 2006.
 / AFP PHOTO / Kommersant Photo / Yuri SENATOROV / Russia OUT

Former Russian military intelligence colonel Sergei Skripal attends a hearing at the Moscow District Military Court in Moscow on August 9, 2006.
Sergei Skripal, a former Russian double agent whose mysterious collapse in England sparked concerns of a possible poisoning by Moscow, has been living in Britain since a high-profile spy swap in 2010. Police were probing his exposure to an unknown substance, which left him unconscious on a bench in the city of Salisbury and saw media draw parallels to the case of Alexander Litvinenko, an ex-spy who died of radioactive polonium poisoning in 2006.
/ AFP PHOTO / Kommersant Photo / Yuri SENATOROV / Russia OUT

AFP/Yuri Senatorov

«Ce Skripal n'est qu'un traître. Il a été pris et puni, il a passé 5 ans en prison. Nous l'avons libéré, il est parti (en Grande-Bretagne) et continuait de collaborer et de conseiller les services secrets. Et alors?», a déclaré M. Poutine lors d'un forum consacré à l'énergie à Moscou. «Ce n'est qu'un espion, un traître à la patrie (...) Ce n'est qu'un salaud, purement et simplement. Mais il y a toute une campagne de presse qui a été montée autour de ça», a poursuivi le président russe.

Sergueï Skripal a été empoisonné avec sa fille Ioulia par un puissant agent innervant, le Novitchok, le 4 mars, à Salisbury, en Angleterre. Londres accuse les services de renseignements militaires russes, le GRU, d'être derrière cet empoisonnement et a lancé un mandat d'arrêt européen contre deux Russes soupçonnés d'avoir perpétré l'attaque contre les Skripal. Moscou dénonce pour sa part «une manipulation de l'information» et dément toute implication. «Parfois, je regarde ce qu'il se passe autour de cette affaire, et je suis effaré», a lancé mercredi, M. Poutine.

Sergueï Skripal, ancien officier du GRU, avait été condamné en 2006 pour «haute trahison», après été reconnu coupable d'avoir vendu des informations aux Britanniques. Il avait bénéficié en 2010 d'un échange d'espions organisé entre Moscou, Londres et Washington, et s'était installé en Angleterre.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion