Etats-Unis – Son jumeau avoue, il est libéré après 19 ans de prison
Publié

États-UnisSon jumeau avoue, il est libéré après 19 ans de prison

Kevin Dugar avait déjà fait dix ans de prison quand son frère lui a confessé être l’auteur du meurtre pour lequel il avait été condamné. Neuf ans après ces aveux, il a été libéré.

Kevin Dugar (à gauche) a été condamné en 2003 pour un crime que Karl Smith dit avoir commis.

Kevin Dugar (à gauche) a été condamné en 2003 pour un crime que Karl Smith dit avoir commis.

Illinois Department of Corrections

C’est la fin d’un long cauchemar pour Kevin Dugar. Mardi soir, cet Américain de 44 ans est sorti d’une prison de Chicago après y avoir passé près de 20 ans pour un crime qu’il n’a pas commis. En 2003, l’homme avait été jugé coupable d’avoir tué un membre d’un gang rival, rappelle le Chicago Tribune. Il était censé ne pas pouvoir demander de libération conditionnelle avant 2056, mais une lettre rédigée par son frère jumeau a changé la donne.

En 2013 en effet, Karl Smith (ndlr: il porte le nom de jeune fille de sa mère) a fait parvenir une lettre de confession à Kevin Dugar. «Il faut que je soulage ma conscience avant que cela ne me tue. Alors je vais juste dire la vérité et prier pour que tu me pardonnes», a-t-il notamment écrit.

Au moment de ses aveux, Karl Smith purgeait déjà une peine de 99 ans de prison pour un cambriolage qui avait mal tourné en 2008. Il a même signé une déclaration sous serment et a contacté les avocats de son frère. Smith a expliqué ne pas s’être manifesté pendant le procès de Kevin Dugar parce qu’il pensait qu’il ne serait pas condamné.

Aveux «pas fiables»

En 2018, un juge a estimé que les aveux de Karl Smith n’étaient «absolument pas fiables», les frères jumeaux ayant l’habitude de se faire passer l’un pour l’autre et l’auteur de la lettre purgeant déjà une peine de prison. Cependant, la condamnation de Kevin Dugar a finalement été annulée par la cour d'appel. Celle-ci a estimé que si un jury entendait toutes les preuves, il parviendrait probablement à une conclusion différente de celle qui l’a condamné en 2003.

Kevin Dugar est sorti de prison mardi soir, après qu’une demande de libération conditionnelle a été accordée. Il vivra dans un «établissement résidentiel de transition», qu’il n’est en principe pas autorisé à quitter pendant 90 jours. Ron Safer, l’avocat de l’ex-détenu, espère qu’un nouveau procès n’aura pas lieu. «Cette affaire est bien différente d’il y a 20 ans en arrière. Tout le monde en sait beaucoup plus», a-t-il estimé. Kevin Dugar, lui, s’est dit «assez bouleversé» de retrouver la liberté.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion