Décision de justice – Sotel perd face au bourgmestre de Sanem

Publié

Décision de justiceSotel perd face au bourgmestre de Sanem

SANEM - Le tribunal administratif a jugé recevable le refus du bourgmestre de Sanem de voir une ligne à haute tension traverser sa commune.

Greenpeace se bat depuis des mois contre le projet. (editpress)

Greenpeace se bat depuis des mois contre le projet. (editpress)

Sotel devra encore patienter pour construire sa ligne à haute tension: le tribunal administratif a donné raison à la commune de Sanem et aux habitants de Belvaux et de Rédange qui auraient vu la ligne à haute tension passer à quelques mètres de leur maison. Tous ont bien leur mot à dire concernant cette ligne censée relier le réseau luxembourgeois au réseau français. Sotel avait fait un recours contre le refus du bourgmestre de Sanem, le 10 octobre 2010, d’accorder une autorisation en indiquant que les travaux ne nécessitaient pas cet agrément. Des arguments rejetés en bloc ce lundi par le tribunal administratif.

Le tribunal a indiqué que la démarche et les raisons du bourgmestre étaient recevables. D’abord que la nature des travaux nécessitait bien son aval et ensuite que les raisons pour lesquelles il avait refusé étaient valables. Le bourgmestre s’était opposé au projet parce qu’il n’était pas en accord avec le Plan d’aménagement général (PAG). L’article 4.16 du PAG de la commune de Sanem indique en effet «qu’une distance d’au moins 50 mètres sera à observer entre le centre du tracé des lignes hautes tension de plus de 100 kV et les habitations». Or, le tracé de la ligne passait à quelques mètres de certaines habitations.

Le tribunal a donc jugé valable le droit, pour le bourgmestre, d’appliquer le principe de précaution pour des raisons de sécurité et de salubrité. L’étude d’impact du projet Sotel n’excluant pas des effets nocifs sur la santé des habitants concernés. Les habitants de Belvaux et Rédange se sont également vus octroyer le droit de faire entendre leur voix et de faire valoir leurs droits.

(L'essentiel Online)

Greenpeace se félicite

«Greenpeace se félicite du jugement du tribunal administratif. Ceci est une première victoire pour les habitants de Belvaux et de Rédange, concernés par le projet de la ligne haute tension, qui ont eu le courage de s’opposer à Sotel en justice», a déclaré lundi, Roger Spautz, de Greenpeace Luxembourg.

Cette ligne construite aurait permis d'importer de l’électricité nucléaire (de Cattenom) afin d'alimenter les aciéries électriques d’ArcelorMittal et éventuellement de connecter le réseau de Creos au réseau français. Un projet auquel s'oppose Greenpeace qui craint que cette nouvelle ligne à haute tension ne serve à acheminer de l’électricité «nucléaire» supplémentaire vers les foyers luxembourgeois en traversant une zone naturelle protégée, estampillée «Natura 2000».

Ton opinion