Sri Lanka: les affrontements se poursuivent
Publié

Sri Lanka: les affrontements se poursuivent

Au moins 116 personnes ont été tuées au cours d'une offensive de l'armée repoussée par les rebelles séparatistes tamouls dans le nord du Sri Lanka.

Les combats se sont déroulés au nord, dans la péninsule de Jaffna.

Les combats se sont déroulés au nord, dans la péninsule de Jaffna.

"L'armée du Sri Lanka a perdu plus de 100 soldats au combat et 400 autres ont été blessés", selon un communiqué des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE).

"Seize vaillants combattants des LTTE ont sacrifié leurs vies dans ces accrochages", poursuit le communiqué de la guérilla. D'après un bilan précédent du ministère de la Défense, le Sri Lanka a connu mercredi ses combats les plus meurtriers depuis 18 mois avec au moins 90 tués.

Fait rarissime dans la guerre qu'il livre depuis 36 ans contre la guérilla tamoule, le ministère a reconnu la mort d'au moins 38 soldats sur la péninsule septentrionale de Jaffna, tout en affirmant que ses troupes avaient tué 52 "terroristes" tamouls. Outre une centaine de blessés dans les rangs des LTTE, 84 militaires ont été grièvement blessés dans cette offensive lancée avant la levée du jour et qui a duré plusieurs heures, selon le ministère. Mais des bilans officieux avancent le chiffre de 127 soldats tués ou portés disparus.

Il s'agit en tout cas des plus lourdes pertes en une seule journée pour les troupes de Colombo depuis une débâcle en octobre 2006 dans la même région de Jaffna. A l'époque, cette offensive ratée avait coûté la vie à 129 soldats, en avait blessé 515 autres et les autorités avaient revendiqué la mort de 200 Tigres tamouls.
Les deux camps s'affrontent tous les jours dans le nord du Sri Lanka - dont une partie forme un mini-État contrôlé de facto par la guérilla - et ils fournissent en général des informations contradictoires sur leurs combats. Les bilans sont jugés fantaisistes et sont invérifiables de sources indépendantes, le gouvernement bloquant tout accès aux lignes de front.

Ainsi, Colombo évalue la totalité des forces rebelles à 3 000 hommes, mais il affirme en avoir tué 3 025 depuis le 1er janvier et n'avoir perdu que 218 soldats au cours de la même période.

lessentiel.lu avec AFP

Indépendant depuis le 4 février 1948, l'ex-Ceylan peuplé de 20 millions d'habitants s'enlise dans le plus vieux conflit en cours en Asie, une guerre où alternent phases de combats, attentats et périodes d'accalmie. En lutte depuis 1972, les Tigres tamouls, hindouistes, se battent pour l'indépendance du nord et du nord-est de ce pays peuplé à 75% de Cinghalais bouddhistes.

Entre 60 000 et 70 000 personnes ont été tuées en trois décennies et des milliers sont mortes depuis le regain de violences de la fin 2005 lorsqu'a été élu le président nationaliste Mahinda Rajapakse.

Ton opinion