Evénement au Luxembourg: Sur l’énergie et la mobilité, le Benelux veut mieux coopérer

Publié

Événement au LuxembourgSur l’énergie et la mobilité, le Benelux veut mieux coopérer

BOURGLINSTER – Les Premiers ministres du Luxembourg, des Pays-Bas et de Belgique ont insisté, lors d’un sommet Benelux, sur leur réponse commune aux défis du moment.

par
Joseph Gaulier
Jean Rottner (président région Grand Est), Alexander De Croo (Premier ministre belge), Xavier Bettel (Premier ministre luxembourgeois), Mark Rutte (Premier ministre néerlandais) et Hendrik Wüst (ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

Jean Rottner (président région Grand Est), Alexander De Croo (Premier ministre belge), Xavier Bettel (Premier ministre luxembourgeois), Mark Rutte (Premier ministre néerlandais) et Hendrik Wüst (ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

Editpress

«La crise du Covid a montré qu’il était important de bien travailler avec ses voisins, de faire preuve de solidarité avec eux», a lancé Xavier Bettel (DP), Premier ministre, lors du sommet Benelux, lundi à Bourglinster. «Pendant les crises, il est important de se dire les choses et d’échanger».

Les dirigeants ont beaucoup évoqué la stratégie industrielle et énergétique, le Néerlandais Mark Rutte appelant à «une réponse commune face à l’Inflation reduction act des États-Unis», quitte à assumer une dose de protectionnisme. Même s’il ne veut pas «copier trop vite le modèle américain», car il faut «défendre les intérêts européens sans être naïfs». Il faut «des discussions sur l’attractivité de nos régions, car l’Europe doit avoir une perspective d’attractivité pour les industriels», a souligné Xavier Bettel. «Nous sommes un tout petit peu concurrent, mais surtout complémentaires», selon son homologue belge Alexander De Croo. Il a aussi rappelé que les économies de l’UE étaient «très ouvertes» et qu’il serait «bête de décréter la fin de la mondialisation».

La Grande Région invitée

Le chef du gouvernement belge a aussi évoqué la mobilité, assurant que «les plans d’investissement se concrétisent» pour les liaisons ferroviaires entre son pays et le Luxembourg. Après avoir rappelé les temps de parcours très longs entre Luxembourg et Bruxelles et listé la plupart des gares intermédiaires, Xavier Bettel a regretté que son pays se trouve «dans le triangle des Bermudes» du réseau international.

Tous ont insisté sur la nécessité de réponse commune face à la guerre en Ukraine. Elle «nous fait réfléchir à notre manière de coopérer», a indiqué Alexander De Croo, qui plaide pour «un soutien militaire d’envergure». Son homologue néerlandais Mark Rutte a plaidé pour «un travail commun, afin de retrouver le contrôle des flux migratoires».

Le sommet Benelux a été élargi à la Grande Région, puisque Jean Rottner, président de la région Grand Est, et Hendrik Wüst, président du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, étaient aussi invités. «Nous sommes dans une zone tout à fait particulière, avec parmi les plus grandes institutions européennes», a souligné le Français, appelant à adopter des «stratégies communes». L’Allemand a appelé à une plus grande ouverture: «Les réflexes de refermer les frontières restent bien présents, alors qu’il faut faire le contraire», a-t-il affirmé, comme pour souligner le ton général des débats.

4 commentaires