«Or noir» – Tahar au pays de l'or noir

Publié

«Or noir»Tahar au pays de l'or noir

Une fresque située dans les
années 30, au moment de la découverte du pétrole, signée du réalisateur Jean-Jacques Annaud.

Découvert dans «Un Prophète», de Jacques Audiard, l'acteur Tahar Rahim est omniprésent cette année au cinéma. Déjà à l'affiche de «L'Aigle de la neuvième légion», et plus récemment des «Hommes libres», il est le héros du nouveau film de Jean-Jacques Annaud.

Grande fresque du désert, «Or noir» retrace le destin épique d'un prince, sous les traits juvéniles de Tahar Rahim, forcé de choisir entre la tribu rétrograde de son père et celle de son père adoptif qui s'enrichit grâce au pétrole. Dans les années 30, le sultan Amar (joué par le Britannique Mark Strong) confie ses deux fils, dont le tout jeune prince Auda (Tahar Rahim), à son ennemi, le retors Nesib (Antonio Banderas): ce geste étant censé garantir la paix entre les tribus.

Auda, épris d'érudition, grandit auprès de la princesse Leyla, interprétée à l'âge adulte par la ravissante Freida Pinto (l'actrice indienne révélée dans «Slumdog Millionaire», du Britannique Danny Boyle). Sage et dynamique, le jeune homme, sommé de choisir son camp, va plutôt essayer d'unir les tribus.

Ton opinion