Impôt des multinationales – Taxe mondiale de 15%: un accord avant fin octobre?
Publié

Impôt des multinationalesTaxe mondiale de 15%: un accord avant fin octobre?

134 pays soutiennent déjà la réforme qui propose l'imposition d'une taxe d'au moins 15% sur les multinationales. Des échanges ont encore eu lieu vendredi.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, et le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, se sont accordés vendredi «sur l'importance d'avancer vers la mise en oeuvre» de la fiscalité mondiale minimum.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, et le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, se sont accordés vendredi «sur l'importance d'avancer vers la mise en oeuvre» de la fiscalité mondiale minimum.

AFP

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, et le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, se sont accordés vendredi «sur l'importance d'avancer vers la mise en oeuvre» de la fiscalité mondiale minimum sur les multinationales, ont annoncé leurs ministères respectifs. Annoncé début juin, le projet de réforme, négocié dans le cadre de l'OCDE, avait été endossé en juillet par les pays du G20.

Au total, 134 pays soutiennent déjà cette réforme qui propose l'imposition d'une taxe d'au moins 15%. En revanche, l'Irlande qui prospère grâce au taux d'imposition avantageux de 12,5% ainsi que la Hongrie et l'Estonie n'ont pas donné leur aval. Janet Yellen et Bruno Le Maire «sont convenus de la nécessité de parvenir rapidement à un accord sur les principaux paramètres des deux piliers de cette réforme», a indiqué le ministère de l'Économie et des Finances dans un communiqué à la suite de leur entretien téléphonique.

Se substituer à la fiscalité mondiale

Outre l'impôt minimum, la réforme prévoit de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. «Un accord global sur la fiscalité internationale doit pouvoir être atteint d'ici fin octobre 2021», a ajouté le ministère français. De son côté, la ministre américaine a souligné «l'importance de parvenir à un compromis sur la suppression de la fiscalité sur les services numériques» qui avait été adoptée en juillet 2019 par la France faute d'accord mondial à l'OCDE.

L'accord mondial doit se substituer à la fiscalité mondiale quand celle-ci sera mise en œuvre.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion