Jour de commémoration – TikTok mobilisé contre la négation de l'Holocauste
Publié

Jour de commémorationTikTok mobilisé contre la négation de l'Holocauste

L'Unesco et le Congrès juif mondial (CJM) ont annoncé avoir noué un partenariat avec le réseau social TikTok, afin de contrer le négationnisme en ligne.

C'est ce jeudi la journée internationale de commémoration de l'Holocauste.

C'est ce jeudi la journée internationale de commémoration de l'Holocauste.

AFP

Alors que 17% du contenu posté sur TikTok en lien avec cette question nie ou déforme l’Holocauste, ses utilisateurs s'intéressant au sujet verront désormais apparaître «en tête de leurs résultats de recherches une bannière les invitant à visiter le site du CJM et de l’Unesco: www.aboutholocaust.org», a fait savoir l'agence onusienne, dans un communiqué.

«Si des utilisateurs cherchent des termes en lien avec l’Holocauste qui ne respectent pas les Consignes communautaires de TikTok, la plateforme bannira les résultats de recherches et affichera à la place la même bannière les invitant à consulter les ressources éducatives en ligne du CJM et de l’Unesco», selon ce texte.

«Vulnérables à la désinformation»

www.aboutholocaust.org informe dans 19 langues sur l'Holocauste, le génocide en 1939-1945 de six millions de juifs d'Europe par les nazis et leurs soutiens. «Nier, déformer ou banaliser les faits relatifs à l’Holocauste est une forme pernicieuse d’antisémitisme moderne», a relevé la directrice générale de l'Unesco, Audrey Azoulay, qui s'est réjouie de «l'engagement» de TikTok.

«TikTok est connue pour sa capacité à atteindre les jeunes, dont la plupart ne connaissent pas les horreurs de l’Holocauste et sont particulièrement vulnérables à la désinformation», a observé le président du CJM, Ronald S. Lauder. «Les comportements haineux sont incompatibles avec l’environnement inclusif de TikTok», a de son côté réagi Liz Kanter, une dirigeante de TikTok en Europe, dans le même communiqué.

10% des posts sont négationnistes

L'an passé, l’Unesco et le CJM avaient signé un partenariat similaire avec Facebook. Depuis lors, aboutholocaust.org a été consulté plus de 400 000 fois dans plus de 100 pays. D'après une évaluation de l'Unesco, sur Facebook, quelque 11% des posts relatifs à la Shoah en anglais, 10% en allemand et 9 % en français relèvent du négation ou de la distorsion des faits.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté mi-janvier par consensus une résolution non contraignante proposée par Israël appelant tous les États à lutter contre la négation de l'Holocauste et l'antisémitisme, notamment sur les réseaux sociaux.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion