Tim Exile s'est vautré dans l'autosatisfaction
Publié

Tim Exile s'est vautré dans l'autosatisfaction

HOLLERICH - Son album s'intitule «Listening Tree», traduisez «L'arbre qui écoute».

C'est en résumé ce qu'on a fait vendredi, à l'Exit07. On était debout, immobiles pour la plupart du temps, n'en croyant ni nos yeux à la vue de la tenue «cow-girl» de Kevin Blechdom ni nos oreilles à l'écoute des triturations superposées, provoquées par un Tim Exile espiègle qui, une fois n'est pas coutume, a poussé à son paroxysme les capacités que lui offrent le sempiternel Mac, une paire de synthés et un sampleur.

Vous avez dit «arty»? Tiraillé entre fou rire nerveux, dédain et scepticisme quant au dit génie de l'artiste, on esquissa quand même quelques rares pas de danse sur toutes les parties plus conventionnelles qui le permettaient.

Ton opinion