Emploi – Tous les stages seront rémunérés au Luxembourg
Publié

EmploiTous les stages seront rémunérés au Luxembourg

LUXEMBOURG - Un accord a été trouvé entre le ministère du Travail et les associations d'étudiants concernant la réglementation sur les stages en entreprises, vendredi.

Les stagiaires seront tous rémunérés au Luxembourg.

Les stagiaires seront tous rémunérés au Luxembourg.

Attendu depuis plusieurs années, la réglementation concernant les stages en entreprise va enfin aboutir. Le ministère du Travail a annoncé qu'un accord avait été trouvé avec les associations d'étudiants et la Chambre des salariés sur le projet de loi concernant les stages.

Comme la précédente version présentée l'année passée, le cadre législatif distinguera les stages prévus dans le cursus scolaire des stages volontaires servant à acquérir de l'expérience. Principale évolution à signaler, tous les stages de plus d'un mois seront rémunérés, a confirmé le ministre du Travail, Dan Kersch, à L'essentiel. Un principe notamment réclamé par l'UNEL (Union nationale des étudiants du Luxembourg), qui ne comprenait pas que les entreprises aient le choix de rémunérer ou non les stages faisant partie du cursus scolaire.

Des stages entre le bachelor et le master

Dans le détail, les stages obligatoires seront rémunérés 620 euros par mois, soit 30% du salaire social minimum non-qualifié, précise l'UNEL à L'essentiel. La rémunération sera encore plus intéressante pour les étudiants qui effectuent un stage volontaire avec une évolution à la hausse de la gratification, de 828 euros après quatre semaines, à 1 553 euros à partir de trois mois de stage.

Autre évolution fondamentale, les étudiants auront la possibilité d'effectuer un stage entre le bachelor et le master. Leur rémunération sera alors calculée sur le salaire minimum qualifié et la durée de stage limitée à 6 mois. Les associations étudiantes tenaient toutefois à ce que les stages post-Master soient interdits. «Les entreprises devront proposer un véritable contrat, car les études se terminent pour la plupart avec un master», conclut Vicky Reichling, porte-parole de l'UNEL.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion