Deux morts – Tout comprendre à la double prise d'otages
Publié

Deux mortsTout comprendre à la double prise d'otages

La traque des auteurs présumés de l'attentat contre «Charlie Hebdo» a pris un tour dramatique vendredi, avec deux morts dans une fusillade avec un suspect lié aux frères Kouachi et une double prise d'otages.

Au moins deux personnes ont été tuées dans une fusillade qui a éclaté à la mi-journée dans une épicerie juive cours de Vincennes dans l'Est de Paris, où au moins cinq personnes ont été prises en otage. L'auteur de l'attaque serait également celui d'une autre fusillade mortelle la veille, dans laquelle une jeune policière municipale a été tuée et un employé blessé.

Il a été identifié comme Amédy Coulibaly, un délinquant multirécidiviste de 32 ans né à Juvisy-sur-Orge, qui avait rencontré Chérif Kouachi en détention. Les deux hommes avaient été impliqués en 2010 dans l'enquête sur une tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en octobre 1995 à Paris. Kouachi avait bénéficié d'un non-lieu mais Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison en décembre 2013. Un avis de recherche a également été lancé pour la compagne de Coulibaly, Hayat Boumeddiene, 26 ans.

Les suspects sont retranchés et encerclés

Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, étaient de leur côté retranchés avec un otage dans les locaux d'une petite imprimerie de la zone industrielle de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. La petite ville est en état de siège, totalement bouclée par les forces de l'ordre. Des négociateurs ont «tenté d'établir un contact», selon le ministère de l'Intérieur. Des écoles ont été évacuées, alors que les commerces sont fermés et les habitants barricadés chez eux. Des hélicoptères survolent le site, encerclé par les hommes du GIGN, qui mènent l'opération appuyés par des équipes du Raid. «Nous avons des snipers sur le toit du dépôt», a expliqué Marcel Bayeul, responsable CGT d'une entreprise toute proche.

Plus tôt dans la matinée, un échange nourri de coups de feu a opposé les fugitifs à des policiers qui avaient repéré, à un barrage, une Peugeot 206 volée, à quelques kilomètres de là, à une automobiliste qui a reconnu les frères Kouachi, lourdement armés, selon des sources policières. Dammartin-en-Goële se situe à environ une demi-heure de route du périmètre où se concentraient, depuis jeudi, des recherches aux confins de la Picardie à quelque 80 km au nord-est de Paris. C'est dans cette zone que les fugitifs avaient été reconnus par le gérant d'une station-essence qu'ils avaient agressé. Visages découverts, ils étaient armés de kalachnikov et avaient un lance-roquette dans leur voiture, selon la vidéosurveillance.

(L'essentiel/AFP)

Suivez le déroulé des événements liés à la traque des suspects dans notre direct. Pour ce qui est de la fusillade mortelle à Paris, rendez-vous ici

Ton opinion