Justice allemande – «Toute la vérité honteuse» sur Kampusch publiée

Publié

Justice allemande«Toute la vérité honteuse» sur Kampusch publiée

La justice allemande a refusé mercredi d'interdire un ouvrage sur la jeune Autrichienne séquestrée pendant huit ans, jusqu'en 2006.

Natascha Kampusch en septembre 2010.

Natascha Kampusch en septembre 2010.

Natascha Kampusch critiquait la description, faite dans l'ouvrage «Toute la vérité honteuse», de vidéos tournées par son ravisseur Wolfgang Priklopil. Elle dénonçait une violation de son droit à la personnalité par l'auteur du livre, Peter Reichard. Le tribunal de Cologne a toutefois rejeté sa demande et l'a condamnée à payer les frais de justice. Il a estimé que la jeune femme de 28 ans avait elle-même décrit les mêmes scènes dans son autobiographie.

Le journaliste et ancien policier de Hambourg, Peter Reichard, affirmait avoir obtenu l'autorisation de Natascha Kampusch d'écrire son livre «Der Entführungsfall Natascha Kampusch - Die ganze beschämende Wahrheit» («L'enlèvement de Natascha Kampusch - Toute la vérité honteuse») et de révéler l'existence de ces petits films. Il s'est toujours dit étonné de la plainte déposée contre lui. Il considère que son livre défendait «ardemment» l'ancienne otage et assurait que son objectif était de «libérer Natascha Kampusch des sempiternelles théories du complot» pesant sur elle.

Natascha Kampusch avait été enlevée sur le chemin de l'école le 2 mars 1998 par M. Priklopil, alors âgé de 35 ans, et séquestrée dans un local en sous-sol de moins de six mètres carrés dans le domicile de ce dernier à Strasshof, près de Vienne. Elle est restée enfermée pendant 3 096 jours. Le 28 août 2006, elle avait réussi à s'enfuir et son ravisseur s'était suicidé le soir même.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion