Toyota annonce son retrait de la Formule 1

Publié

Toyota annonce son retrait de la Formule 1

Après Honda et Bridgestone, le constructeur automobile Toyota quitte à son tour la Formule 1, victime d'une désaffection des industriels japonais pressés d'investir dans les technologies vertes.

Les défections s'accumulent. Après l'équipementier Brigestone, c'est au tour du constructeur Toyota de se retirer de la F1.

Les défections s'accumulent. Après l'équipementier Brigestone, c'est au tour du constructeur Toyota de se retirer de la F1.

afp

«Au vu des conditions économiques actuelles, nous avons décidé de nous retirer», a annoncé mercredi le président du groupe Akio Toyoda. En proie à la baisse de ses ventes sur fond de récession planétaire, le premier constructeur mondial comprime ses dépenses, après avoir réduit ses effectifs sous contrat temporaire et fait tourner ses usines au ralenti au plus fort de la crise. Toyota a subi les toutes premières pertes de son histoire durant l'exercice budgétaire 2008-2009, clos fin mars, et prévoit de rester dans le rouge cette année.

Le PDG s'est excusé «du fond du cœur auprès des supporters». Débutant en F1 en 2002, l'écurie a conquis 13 podiums en huit saisons et terminé à la cinquième place du classement constructeur lors du championnat 2009, qui s'est achevé dimanche.

Même plus motoriste pour Williams

Toyota a ajouté n'avoir pris aucune décision sur la vente éventuelle de son écurie à une autre firme, assurant simplement qu'il ferait «de son mieux pour trouver une solution» pour les employés de l'équipe. Le géant nippon avait déjà annoncé en juillet qu'il renonçait à héberger le Grand Prix de F1 du Japon à partir de 2010 sur son circuit du Mont-Fuji, également pour des raisons budgétaires.

Il vient en outre de mettre fin à sa collaboration avec l'écurie britannique Williams, à laquelle il fournissait des moteurs depuis 2007, d'un commun accord selon les deux équipes. «Nous nous retirons complètement de la Formule 1», a souligné M. Toyoda, écartant l'idée que le groupe puisse rester dans la compétition en tant que motoriste.

Voitures sûres et économes

Toyota emboîte le pas à son concurrent Honda, qui a vendu l'an passé son activité F1 à son ancien directeur d'écurie Ross Brawn, dont l'équipe est devenue championne du monde cette saison. Un autre manufacturier japonais, le fournisseur unique de pneus de la F1 Bridgestone, vient également d'annoncer son retrait de la discipline à l'issue de l'année prochaine. Invoquée à chaque fois par les constructeurs nippons, la crise économique pourrait toutefois ne pas être la seule raison de ces retraits.

Les consommateurs veulent aujourd'hui des voitures sûres et économes, non plus des bolides, et les industriels ont peut-être moins besoin de la vitrine F1 pour les allécher. «Comme les autres fabricants automobiles, Toyota est appelée à concentrer son investissement sur les technologies vertes. Il est donc logique que le groupe ait pris cette décision», a estimé M. Kato.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion