Au Brésil: «La plus grande peur des trans c'est de mourir»

Publié

Au Brésil«La plus grande peur des trans c'est de mourir»

Eloa Rodrigues, une transexuelle noire, part pour la Thaïlande, à l'autre bout de la Terre, où elle va concourir à «Miss International Queen».

Eloa veut vivre comme elle l'entend.

Eloa veut vivre comme elle l'entend.

Facebook

La Brésilienne élancée de 29 ans va défendre les couleurs de son pays le 25 juin au concours qui équivaut à un «Miss univers» pour les trans, dans la célèbre station balnéaire de Pattaya. Mais avant d'en arriver là, la jeune transexuelle, qui habite à São Gonçalo, une banlieue pauvre et violente de Rio, a dû surmonter obstacles et préjugés, dans le pays où sont tués chaque année le plus grand nombre de trans au monde.

En dépit de la vie plutôt «glamour» que lui a conférée sa couronne nationale, elle reconnaît qu'il est encore difficile dans son pays de s'autoriser à rêver en tant que femme trans et noire. Eloa raconte à l'AFP sa trajectoire tout en préparant le déjeuner dans la cuisine de la maison où elle habite avec sa tante et ses deux sœurs. Le concours approche, mais le climat familial détendu l'empêche de céder à la nervosité. «C'est important d'accompagner son rêve», dit sa tante Ivone, qui a élevé Eloa avec sa grand-mère.

«J'ai dû être très forte pour affronter ma famille»

C'est au moment de sa transformation qu'elle a entamé sa carrière de mannequin, encore adolescente. Contrairement à la majorité des trans et travestis, elle a eu dès le départ le soutien de sa famille, crucial. «J'ai dû être très forte pour affronter ma famille et lui dire: ''Écoutez, je suis une femme'', alors que ce genre de référence n'existait tout simplement pas ici», raconte-t-elle.

Facebook

Couronnée «Miss Beleza T 2020» (Miss beauté), équivalent de «Miss Brésil» pour les trans et travestis, Eloa Rodrigues a automatiquement gagné sa place au concours qui opposera en Thaïlande 23 candidates du monde entier. La compétition n'a pas eu lieu pendant deux ans en raison de la pandémie. Même avec ce titre, elle se sent souvent incomprise. «La plus grande peur des trans ou des travestis que je connais c'est de mourir», dit Eloa Rodrigues.

«J'ai la possibilité de poursuivre mes rêves»

Selon l'organisation Transgender Europe (TE), 92 trans ont été assassinés l'an dernier au Brésil et 1 645 depuis 2008. Et pour l'Association nationale des travestis et transexuels, 80% des transexuels tués dans le pays en 2018, derniers chiffres disponibles, étaient noirs.

La violence «a déjà été une réalité dans ma vie», dit-elle, se souvenant des débuts de sa transition. «Mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Je ne suis pas dans une situation privilégiée, parce que je suis trans et noire, mais au moins j'ai la possibilité de poursuivre mes rêves», dit-elle.

«Les marques ne croient pas à mon projet»

Les parrainages pour les concours sont difficiles à trouver, et c'est donc elle qui paie quasiment tous ses frais. En tant que Miss trans Brésil, elle a toutefois gagné un billet aller-retour pour la Thaïlande, de même que la tenue exigée. Mais elle a dû financer elle-même une trentaine de «looks» pour les événements en marge du concours. «Les marques ne croient pas en fait à mon projet ou ne veulent pas associer leur image à une personne comme moi», déplore-t-elle.

Facebook

Mais abandonner n'a pas été une option pour Eloa Rodrigues. Étudiante en sciences sociales à l'Université fédérale de Fluminense, mannequin et actrice, elle doit aussi travailler dans le dépôt d'une entreprise d'autobus. «Je veux montrer que ce n'est pas facile d'arriver jusqu'ici mais que c'est possible», dit-elle. «Que les gens me regardent et pensent: ''Elle a réussi, alors moi aussi je le peux!''».

Si elle remporte le concours, elle voudrait utiliser la dotation de 450 000 baths (environ 12 000 euros) pour aider sa famille et réaliser son plus grand objectif: devenir mère. «Bien sûr je rêve de la couronne, mais le plus important pour moi c'est que lorsque les gens se souviendront de Miss International Queen 2022, ils soient fiers de la candidate brésilienne», conclut-elle.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires