Guerre en Ukraine: Transféré à Saint-Pétersbourg, un basketteur français risque d'être exclu des JO 2024

Publié

Guerre en UkraineTransféré à Saint-Pétersbourg, un basketteur français risque d'être exclu des JO 2024

Le meneur Thomas Heurtel sera exclu de l'équipe de France de basket s'il est «amené à jouer» avec le Zenith Saint-Pétersbourg, avec qui il s'est engagé, a annoncé jeudi, la Fédération française de basket (FFBB).

France's Thomas Heurtel and Poland's Aaron Cel (R) vie during the FIBA Eurobasket 2022 semi-final basketball match between Poland and France in Berlin on September 16, 2022. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)

AFP

Moins de 24 heures après que le club russe a annoncé la signature, pour une saison plus une en option, du meneur de jeu médaillé d'argent dimanche, à l'Euro (défaite en finale contre l'Espagne), la riposte de la FFBB est tombée: Heurtel (33 ans, 1,88 m) ne respectera plus les critères de sélection s'il porte les couleurs du Zenith Saint-Pétersbourg.

Le bureau fédéral de la FFBB a en effet décidé «le 28 juillet» que les joueurs français engagés dans des clubs russes ou biélorusses ne seraient «plus sélectionnables» jusqu'à la fin de la guerre en Ukraine. Et Heurtel, comme tous les joueurs retenus pour l'Euro, a signé une attestation sur l'honneur «indiquant qu'il n'était pas engagé et qu'il n'envisageait pas de signer avec un club russe ou biélorusse», a expliqué la fédération, dans son communiqué publié jeudi.

Les clubs russes et biélorusses privés d'Euroligue

Si jamais Heurtel (99 sélections) ne levait pas l'année en option prévue dans son contrat avec le Zenith Saint-Pétersbourg, le bureau fédéral décidera s'il redevient ou non sélectionnable pour les JO 2024 à Paris et le Mondial 2023 (25 août-10 septembre en Indonésie, au Japon et aux Philippines), a précisé la Fédération.

La Fédération a indiqué par ailleurs dans son communiqué que si elle «était informée que Thomas Heurtel avait des contacts avec des clubs étrangers, dont russes, à aucun moment celle-ci n'a été informée qu’un contrat avait été signé ou était en cours de signature avec un club russe».

La question de la sélection en équipe de France de joueurs évoluant avec des clubs russes ou biélorusses avait émergé cet été après la signature des internationaux français Livio Jean-Charles (quatre sélections) au CSKA Moscou et Louis Labeyrie (33 sél.) à Kazan. Cette saison, les clubs russes et biélorusses ne peuvent pas participer à l'Euroligue, la plus prestigieuse compétition européenne entre clubs, comme depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire