Cyclisme et dopage – «Tricher, c'est réservé aux idiots!»
Publié

Cyclisme et dopage«Tricher, c'est réservé aux idiots!»

Vainqueur du Tour du France 2014, Vincenzo Nibali n’a pas louvoyé à l’heure d’évoquer le dopage, alors que son équipe Astana est au cœur d’un scandale.

Vincenzo Nibali n'apprécie pas qu'un membre de son équipe se soit dopé.

Vincenzo Nibali n'apprécie pas qu'un membre de son équipe se soit dopé.

AFP

Quatre coureurs affiliés au groupe sportif kazakhe, dont deux cadres de la formation engagée dans le World Tour, ont été contrôlés positifs ces derniers jours. Cela n’empêche pas l’Italien de tenir un discours pour le moins direct dans les colonnes du Guardian.

«Aujourd’hui, nous avons le passeport biologique, de fréquents contrôles antidopage, et des contrôles en course. Si tu te dopes, tu seras pris. Même si la technique utilisée pour te doper est avant-gardiste, tu seras attrapé dans quatre ans. Ça me fait rire. Prendre des risques et tricher à l’heure actuelle, c’est réservé aux idiots», a avancé un Nibali particulièrement remonté contre son ex-coéquipier, Maxim Iglinskiy, dont le contrôle positif jette une ombre sur le sacre de l’Italien, cet été, sur les routes de France.

«C’était incroyablement stupide!»

«Il ne faisait pas partie de mon groupe d’entraînement. Je me suis préparé dans un groupe de sept coureurs, et il n’en a jamais fait partie. Les deux derniers membres de l’équipe ont été choisis à la dernière minute. Ils étaient un peu comme une charge pour nous», a assuré le «requin jaune».

«Hormis une colère légitime, le principal sentiment qui m’anime à ce sujet, c’est l’incompréhension. C’était incroyablement stupide! Surtout qu’il venait de prolonger son contrat et qu’il n’avait aucun objectif majeur à remplir», a encore éclairé le Sicilien.

(L'essentiel / Marc Fragnière)

Ton opinion