A Londres – Trois policiers inculpés pour messages haineux
Publié

À LondresTrois policiers inculpés pour messages haineux

Trois policiers londoniens ont été inculpés jeudi pour des échanges de messages offensants sur Whatsapp, a annoncé le parquet britannique.

Les trois suspects sont convoqués le 16 mars devant un tribunal londonien pour une première audience.

Les trois suspects sont convoqués le 16 mars devant un tribunal londonien pour une première audience.

AFP/Tolga Akmen

Deux policiers toujours en service et un troisième qui a quitté les rangs de Scotland Yard sont soupçonnés d'avoir échangé des messages racistes et misogynes avec Wayne Couzens, un policier condamné à la prison à vie pour avoir enlevé, violé et tué en mars 2021 Sarah Everard, une Londonienne de 33 ans, selon l'agence de presse britannique PA.

Les trois suspects sont convoqués le 16 mars, devant un tribunal londonien, pour une première audience, selon le parquet britannique (Crown prosecution service, CPS).

«Chacun des trois prévenus a été inculpé pour l'envoi de message offensant sur un réseau public de communication», a déclaré dans un communiqué Rosemary Ainslie, du CPS, précisant que les infractions présumées ont eu lieu sur un groupe WhatsApp.

Cette affaire avait émergé pendant l'enquête sur le meurtre de Sarah Everard en mars 2021 lorsque le contenu du téléphone de Wayne Couzen avait été examiné par les enquêteurs. Les messages en cause remontent à 2019.

Le meurtre de Sarah Everard avait profondément choqué au Royaume-Uni. Scotland Yard avait été accusé d'avoir ignoré toute une série de signaux alarmants sur le comportement de Wayne Couzen.

La police de Londres avait également été vertement critiquée pour son intervention musclée pour disperser un rassemblement en hommage à la victime.

Elle a également été secouée par le scandale d'une affaire de double meurtre, ou deux policiers se sont pris en photo sur place avant de partager les clichés.

Toutes ces affaires ont plongé la police de Londres, qui a fait de la notion de consensus une valeur cardinale de son rapport avec la population, dans une profonde crise de confiance.

Celle-ci a abouti il y a une semaine à l'annonce de la démission de sa cheffe Cressida Dick, en poste depuis 2017 et première femme à la tête de la police de Londres.

Elle a été poussée vers la sortie par le maire travailliste de la capitale, Sadiq Khan, insatisfait des réponses de Cressida Dick à un rapport récent dénonçant comportements racistes, misogynes et discriminatoires dans ses rangs.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion