Et maintenant? – Trump «va créer le plus de chaos possible»

Publié

Et maintenant?Trump «va créer le plus de chaos possible»

Donald Trump, qui refuse de reconnaître sa défaite, est encore en fonction jusqu’au 20 janvier. De quoi faire trembler certains de ses détracteurs.

Le président sortant va-t-il profiter de ses derniers jours au pouvoir pour semer la confusion?

Le président sortant va-t-il profiter de ses derniers jours au pouvoir pour semer la confusion?

AFP

Les Américains qui craignaient que Donald Trump n’utilise des armes nucléaires contre les ouragans ou qu’il ordonne d’abattre des clandestins aux frontières n’ont pas fini de suer. Car, comme l’écrit le Huffington Post, les derniers jours du Républicain au pouvoir pourraient bien être les plus inquiétants. C’est en tout cas ce qu’annonce Michael Cohen, son ancien avocat et homme de main. «Il va créer le plus de chaos qu’il est humainement possible de faire», prévient-il.

Condamné à trois ans de prison pour avoir notamment acheté le silence de Stormy Daniels, afin de protéger les intérêts de Trump, Cohen poursuit: «Il va passer à la télé, à la radio et dans la presse écrite pour se plaindre de la manière dont l’élection lui a été volée en raison de la fraude et de l’ingérence étrangère. Il ne pourra jamais accepter le fait qu’il a perdu parce qu’il est incompétent et arrogant».

«Tout ce qui lui reste maintenant, c’est de casser des choses»

Joe Biden prendra ses fonctions le 20 janvier à midi, mais Trump conserve tous les pouvoirs de la présidence jusqu’à ce moment-là. Il conserve notamment son rôle de commandant en chef des forces armées et de l’arsenal nucléaire du pays. Un ancien conseiller du président désirant rester anonyme verrait bien le Républicain virer le Dr Anthony Fauci, le directeur du FBI, Christopher Wray, et/ou la directrice de la CIA, Gina Haspel, pour le motif qu’ils l’ont contredit à plusieurs reprises. Lundi, le ministre de la Défense, Mark Esper, seize mois à la tête du Pentagone, a été limogé sans cérémonie. «Mark Esper est limogé. Je le remercie pour son travail», a tweeté le président américain. Le premier licenciement d’une longue liste?

«Il va virer tous ceux qui l’ont déjà regardé de travers», estime de son côté George Conway, fondateur du Lincoln Project, groupe de Républicains fermement opposés à Donald Trump. Un point de vue partagé par Mary Trump, la nièce du président sortant: «Il va vivre effondrement après effondrement, maintenant. (…) Tout ce qui lui reste maintenant, c’est de casser des choses, il va le faire pour se venger. J’ai toujours su à quel point il pouvait être cruel», a-t-elle écrit dans une chronique publiée par le Guardian.

Trump va-t-il essayer de se gracier lui-même?

Daniel Goldman, juriste qui représentait les Démocrates lors des audiences de destitution de Trump, s’attend pour sa part à une pluie de grâces présidentielles. «Il va utiliser les leviers du pouvoir pour graisser les rouages de ses intérêts financiers personnels après la présidence», estime-t-il. Le président sortant pourrait même se gracier lui-même pour s’éviter des poursuites judiciaires.

Un flou juridique règne quant à la faisabilité d’une telle démarche. «Personne n’a encore essayé, donc aucun tribunal n’a examiné la question. C’est une question ouverte, mais beaucoup de gens pensent qu’il ne peut pas, parce que la clause de grâce implique que la personne qui accorde la grâce et celle qui la reçoit sont des personnes différentes», explique Renato Mariotti, un ancien procureur fédéral.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion