Attentat de Strasbourg – «Tu sais ce que j'ai fait? J'ai tué des gens!»

Publié

Attentat de Strasbourg«Tu sais ce que j'ai fait? J'ai tué des gens!»

Dans sa fuite, Cherif Chekatt avait braqué un taxi. Lors de ce court trajet, il avait tenté de se justifier auprès du chauffeur, dont le témoignage a sans doute été précieux.

French police officers block the road near the site where Cherif Chekatt, the alleged gunman who had been on the run since allegedly killing three people at Strasbourg's popular Christmas market, has been shot dead by police on December 13, 2018 in the Neudorf neighbourhood of Strasbourg. - More than 700 French security forces had been hunting for 29-year-old Chekatt since the bloodshed on December 11. (Photo by Alain JOCARD / AFP)

French police officers block the road near the site where Cherif Chekatt, the alleged gunman who had been on the run since allegedly killing three people at Strasbourg's popular Christmas market, has been shot dead by police on December 13, 2018 in the Neudorf neighbourhood of Strasbourg. - More than 700 French security forces had been hunting for 29-year-old Chekatt since the bloodshed on December 11. (Photo by Alain JOCARD / AFP)

AFP/Alain Jocard

Quarante-huit heures après avoir semé la terreur dans les rues du centre de Strasbourg, Cherif Chekatt a été abattu à Neudorf, jeudi soir. C'est précisément dans ce quartier que le jihadiste avait été vu pour la dernière fois, par un chauffeur de taxi forcé de le prendre en charge. Après avoir déposé l'assaillant dans ce quartier strasbourgeois, le chauffeur s'était rendu dans un commissariat pour témoigner. Les déclarations de ce témoin-clé auront probablement été d'une aide précieuse aux autorités.

Dès son entrée dans le véhicule, l'assaillant avait montré au chauffeur de taxi sa blessure au bras. À la gendarmerie, le conducteur avait décrit un homme très pâle, «qui avait l'air à la fois calme et très stressé», rapporte franceinfo.

D'après lui, Chekatt connaissait très bien les rues de la ville, mais ne semblait pas très sûr de sa destination. Pendant ce court voyage, les deux hommes avaient échangé quelques mots. «Tu sais ce que j'ai fait? J'ai tué des gens! (...) Pour nos frères morts en Syrie», aurait lancé le jeune homme de 29 ans au chauffeur de taxi.

Pendant cette conversation d'environ trois minutes, Chekatt avait expliqué à son conducteur que la police avait perquisitionné chez lui le matin-même. «Ils ont trouvé une grenade», avait-il ajouté. Rapidement, le chauffeur de taxi avait pu convaincre l'assaillant de descendre de son véhicule. L'homme pense que le jihadiste l'a épargné parce qu'il est musulman et qu'il avait des signes religieux dans sa voiture.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion