Sommet européen – Un accord sur le Brexit n'a toujours pas été trouvé

Publié

Sommet européenUn accord sur le Brexit n'a toujours pas été trouvé

Malgré une «bonne volonté» affichée, la Première ministre britannique, Theresa May, n'a pas fait de nouvelles propositions, mercredi soir, à ses 27 homologues.

À son arrivée à Bruxelles, mercredi soir, devant les journalistes, Mme May avait martelé qu'un accord était «réalisable».

À son arrivée à Bruxelles, mercredi soir, devant les journalistes, Mme May avait martelé qu'un accord était «réalisable».

AFP

«Je n'ai pas constaté de nouveautés majeures en ce qui concerne la teneur du discours de Mme May», a déclaré le président du Parlement européen, Antonio Tajani, qui a assisté à l'intervention de la dirigeante britannique lors du sommet de Bruxelles. Il a toutefois souligné la «bonne volonté» de la dirigeante, son «attitude positive» et une «atmosphère beaucoup plus détendue» qu'un mois plus tôt lors d'une réunion à Salzbourg, en Autriche.

Mme May, qui a parlé pendant une quinzaine de minutes, a fait une «évaluation positive» des «progrès» réalisés jusque là, selon une source européenne. Les 27 attendaient une nouvelle impulsion aux négociations, actuellement dans l'impasse, de la part de Theresa May. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait prévenu qu'il demanderait à la dirigeante britannique des propositions «concrètes» et «créatives» pour pouvoir avancer.

Les doutes de Xavier Bettel

À son arrivée à Bruxelles, devant les journalistes, Mme May a martelé qu'un accord était «réalisable». «Le temps est venu», a-t-elle ajouté. «On a la volonté collective d'avancer mais nous n'y sommes pas encore», a déclaré le président français Emmanuel Macron, qui a tenu à faire passer un message de «confiance» mais aussi «d'urgence». Pour la chancelière allemande Angela Merkel, l'accord est prêt à «90%» mais «il y a encore du travail devant nous».

Theresa May a eu plusieurs rencontres en bilatéral avant de se présenter devant les chefs d’État ou de gouvernement des 27 autres pays de l'UE : avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et celui du Conseil européen, Donald Tusk, ou encore le président français, Emmanuel Macron. L'UE s'inquiète de la position du gouvernement britannique, empêtré dans des disputes internes et qui doit encore s'assurer du soutien du Parlement à tout texte négocié.

«Même si on trouve un accord ici, ce n'est pas encore garanti qu'il passe à Londres», a résumé le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel. Ce sommet était initialement présenté comme un «moment de vérité», à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu pour le 29 mars 2019.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion