Tourisme criminel – Un aller et retour low cost et le fric est dans le sac

Publié

Tourisme criminelUn aller et retour low cost et le fric est dans le sac

Des gangs criminels des pays de l’Est profitent des vols à bas coût pour mener des braquages de banque et autres raids en Europe. Ils repartent le jour même dans leur pays, par le vol du retour, sans laisser de trace.

Récemment, des braqueurs siciliens étaient arrivés en Suisse par un vol easyJet. Ils comptaient repartir le même jour.

Récemment, des braqueurs siciliens étaient arrivés en Suisse par un vol easyJet. Ils comptaient repartir le même jour.

«Ils arrivent, ils font quelques coups, puis ils sont de retour dans leur pays pour l’heure du thé». Dans une interview au Times, le directeur d’Europol, le réseau des polices de l’UE, tire la sonnette d’alarme. Selon Rob Wainwright, de plus en plus de criminels profitent des vols low cost pour effectuer des razzias éclairs dans les villes européennes. Il s’agit surtout de pickpockets et d’experts du skimming, le piratage de lecteurs de cartes bancaires.

Ce tourisme criminel est difficile à combattre, admet Wainwright. Il serait apparu il y a trois ans, avec les liaisons bon marché vers la Lituanie, la Pologne ou la Roumanie. Récemment, une affaire a pourtant pu être élucidée en Suisse. Un braqueur était arrivé avec des complices, sur un vol easy­Jet. Ils avaient braqué une banque et seraient repartis aussi sec s’ils n’avaient pas été maîtrisés par des passants.

(L'essentiel Online/arg)

Ton opinion