Attentat de Strasbourg – Un an après, les cloches sonneront dans toute la ville

Publié

Attentat de StrasbourgUn an après, les cloches sonneront dans toute la ville

STRASBOURG - Un an jour pour jour après l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, le 11 décembre, les cloches de toutes les églises de la ville sonneront.

AFP/Patrick Hertzog

Les habitants seront invités à allumer des bougies à leurs fenêtre, a annoncé mercredi la ville. «Nous lançons un appel aux Strasbourgeois pour mettre des bougies à leurs fenêtres, à 19h45, l'heure de l'attentat, à laquelle toutes les cloches de la ville sonneront», a déclaré le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries, lors d'une conférence de presse.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est attendu dans la capitale alsacienne pour ces commémorations conçues avec les victimes et leurs proches et qui se dérouleront de 14h à 21h, dans la «sobriété», a précisé Roland Ries. Sans interrompre le marché de Noël, elles débuteront dans l'intimité par une rencontre avec le maire et se poursuivront à 15h, avec l'inauguration d'une stèle commémorative, place de la République, non loin du centre historique de la ville où Chérif Chekatt avait mené son équipée meurtrière.

Une soirée destinée aux victimes

À 16h, le ministre de l'Intérieur s'entretiendra à son tour avec les victimes avant un hommage œcuménique rendu à la cathédrale, de 19h à 21h. Il associera les cultes orthodoxe, protestant, catholique, juif, musulman, indouiste ou bouddhiste. Ce seront des commémorations «sobres, recueillies et fraternelles», a souligné Chantal Cutajar, adjointe au maire, relevant que le choix de la cathédrale, lieu «symbolique et universel» avait fait «consensus» parmi les victimes.

La maîtrise de l'Opéra national du Rhin, l'Ensemble vocal Quintessence et des lectures se succéderont tout au long de cette soirée destinée en premier lieu aux victimes mais à laquelle pourront assister quelques centaines de personnes, après s'être inscrites sur Internet à l'adresse http://stras.me/11-12-18. Chérif Chekatt, 29 ans, avait tué cinq personnes et en avait blessé une dizaine d'autres dans le centre historique de Strasbourg, le 11 décembre 2018, armé d'un couteau et d'un revolver. Il avait été abattu par une patrouille de police après deux jours de traque. Délinquant multirécidiviste fiché pour radicalisation islamiste, Chérif Chekatt avait prêté allégeance à l'organisation jihadiste État islamique (EI).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion