Conversation diplomatique – Un autre appel fragilise Donald Trump
Publié

Conversation diplomatiqueUn autre appel fragilise Donald Trump

Le président américain a demandé l'aide du Premier ministre australien pour discréditer un procureur enquêtant contre lui, selon le «New York Times».

Donald Trump aurait demandé l'aide du Premier ministre australien Scott Morrison.

Donald Trump aurait demandé l'aide du Premier ministre australien Scott Morrison.

AFP/Saul Loeb

Après l'Ukraine, l'Australie? Une nouvelle affaire révélée lundi par le New York Times pourrait venir hanter Donald Trump. D'autres échanges téléphoniques pourraient en effet renforcer les soupçons d'une utilisation de la puissance de la diplomatie américaine à des fins politiques personnelles. Lors d'un échange téléphonique, le président des États-Unis aurait demandé au Premier ministre australien, Scott Morrison, d'aider son ministre de la Justice à rassembler des informations qui permettraient de discréditer l'enquête du procureur spécial Robert Mueller. Comme lors de l'échange ukrainien controversé, la Maison-Blanche aurait limité l'accès à la transcription de cet appel à un tout petit groupe de personnes.

Dans un communiqué, mardi, un porte-parole du gouvernement australien a confirmé que Canberra était «toujours prêt à aider et à coopérer avec les efforts permettant d'éclairer les sujets sous le coup d'une enquête». «Le Premier ministre a de nouveau confirmé cette disposition dans une conversation avec le président» américain, a ajouté le porte-parole.

Piqué au vif, conscient que ces développements pourraient avoir un impact sur la présidentielle qui aura lieu dans 400 jours, Donald Trump multiplie les attaques. Ce week-end, il a retweeté les propos sur Fox News d'un prédicateur baptiste du Texas, Robert Jeffress, qui est depuis 2016 l'un de ses plus fervents partisans. «Si les démocrates réussissent à contraindre le président à quitter son poste, cela entraînera une fracture digne de la guerre civile dont notre pays ne guérira jamais», affirmait ce dernier.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion