Histoire – Un autre regard sur le Luxembourg de 1940
Publié

HistoireUn autre regard sur le Luxembourg de 1940

L'historien Valentin Schneider a mis la

main sur des photographies inédites du passage de la Wehrmacht au Luxembourg.

La Seconde Guerre mondiale n'a pas encore livré tous ses secrets pour Valentin Schneider. Âgé de 33 ans, l'historien allemand a compilé dans deux ouvrages des centaines de clichés d'Egon Pfende, un jeune soldat de la Wehrmacht, photographe à ses heures perdues.

Des pièces d'histoire exceptionnelles qui en plus d'apporter un regard nouveau sur le quotidien des militaires livrent quelques secrets sur le passage de l'armée allemande au Grand-Duché. «On les voit entrer dans Wasserbillig, arriver à la gare de Luxembourg-Ville ou encore visiter la capitale comme des touristes», détaille ainsi l'historien.

Pièces historiques

Présent durant un mois sur place, le régiment d'Egon Pfende a «séjourné à Sandweiler pour construire un aérodrome, l'ancêtre du Findel, puis à Larochette». Sur les 260 pages de ce récit photographié, 70 concernent le Grand-Duché. «Cela permet de donner un visage à ces hommes souvent vus comme des anonymes», dit cet historien de la Seconde Guerre mondiale, qui a vécu plus de 20 ans en France.

«On y voit des soldats sans uniforme, qui s'amusent, grimacent. La recherche de familiarité entre camarades, mais aussi avec les populations locales est présente», décrypte Valentin Schneider. Des pièces historiques essentielles sur une période sombre de l'histoire luxembourgeoise.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Le photographe est un mystérieux soldat

La parution de ces photos n'aurait pas été possible si le collectionneur qui les possédait n'avait pas contacté Valentin Schneider. Une fois les photos visualisées, c'est une longue entreprise de recherche qui a débuté pour le jeune historien. Un appel à témoins a ainsi été diffusé dans la presse régionale allemande pour identifier le mystérieux photographe «qui apparaissait dans un miroir sur des clichés». Un coup gagnant! Deux jours plus tard, l'homme en question était identifié comme Egon Pfende (photo), un soldat de l'armée de l'air allemande. Né le 23 août 1920 à Nysa, ville aujourd'hui polonaise, le jeune officier est le fils d'un officier de police. Muni d'un appareil Kodak Duo 620, il a passé une bonne partie de son temps à photographier la vie quotidienne de son régiment, de l'avant-guerre à l'occupation de la France. Les trois autres volumes à paraître se concentrent d'ailleurs sur l'installation dans l'Hexagone.

La collection «Egon Pfende»

Aux éditions Schneider Media.

Prix d'un ouvrage: 19,90 euros.

Ton opinion