Santé au Luxembourg – Un bachelor en médecine à l'Uni à partir de 2020

Publié

Santé au LuxembourgUn bachelor en médecine à l'Uni à partir de 2020

LUXEMBOURG - Le Luxembourg veut former ses médecins au pays. Les étudiants en médecine pourront donc bientôt suivre leurs études au Grand-Duché, au-delà de la première année.

Dans un deuxième temps, un master sera mis en place.

Dans un deuxième temps, un master sera mis en place.

DR

Le gouvernement a décidé d'étendre les études universitaires de médecine au Luxembourg. Le ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, Marc Hansen, et la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, ont détaillé les mesures prises ce jeudi lors d'une conférence de presse. L'Université du Luxembourg développera bientôt un premier cycle d'études médicales (type préclinique) en partenariat avec des universités à l'étranger.

Les contacts sont très avancés avec l'université de Strasbourg et à un degré moindre avec l'université de Lorraine, alors que les discussions se poursuivent avec des établissements belges et allemands. Objectif: assurer l'accès des futurs diplômés au deuxième cycle des études médicales (Master).

«Deux secteurs fortement développés»

Le premier cycle des études médicales à l'Uni pourrait démarrer avec la deuxième année d'études à partir de l'année académique 2020/2021, avec 25 premiers étudiants. «Lorsque ce premier cycle sera bien installé et que nous aurons un retour significatif sur cette expérience, nous étudierons la possibilité de développer un deuxième cycle d'études médicales, de type Master», a précisé Marc Hansen. La médecine générale, l'oncologie et la neurologie seront les premières spécialités concernées par ce nouveau dispositif de formation, la chirurgie étant une piste pour l'avenir.

«L'oncologie et la neurologie sont deux secteurs qui ont été fortement développés dans notre pays au cours des dernières années», a rappelé Lydia Mutsch. «Notre ambition est aussi de faciliter l'accès des futurs candidats à la recherche médicale». Les formations spécialisées en oncologie et en neurologie pourraient débuter à partir de l'année académique 2018/2019. Tout ceci aura un impact financier sur les finances publiques, estimé à quelque 7 millions d'euros pour le premier cycle et à 4,6 millions d'euros pour les spécialisations.

Des indemnités revues à la hausse

L'État a par ailleurs décidé d'augmenter l'indemnité des médecins qui se forment à la médecine générale ou à la médecine spécialisée. Celle-ci passera de 2 500 à 4 000 euros mensuels la première année de spécialisation pour atteindre 5 000 euros en cinquième année. Le financement sera assuré par l'État et les hôpitaux concernés. Les médecins «maître de stage» toucheront de leur côté une indemnité mensuelle de 1 300 euros.

Les étudiants ayant réussi leur première année pourront toujours poursuivre, s'ils le souhaitent, le reste de leur formation dans les universités étrangères où existe un partenariat universitaire, ont tenu à préciser Lydia Mutsch et Marc Hansen.

(Pascal Piatkowski/L'essentiel)

Ton opinion