Près des Canaries – Un bateau de migrants chavire, 4 morts

Publié

Près des CanariesUn bateau de migrants chavire, 4 morts

Au moins quatre personnes sont mortes mardi, lorsqu’une embarcation occupée par une trentaine de passagers a chaviré, en face de l’île espagnole de Lanzarote.

Les passagers de l’embarcation de fortune ont été secourus par les services d’urgence des Canaries.

Les passagers de l’embarcation de fortune ont été secourus par les services d’urgence des Canaries.

KEYSTONE/EPA/Javier Fuentes

«Une embarcation de fortune a chaviré vers 19h30 locales (20h30 au Luxembourg) alors qu’elle approchait de la côte, cinq de ses occupants ont pu atteindre la terre et les services d’urgence en ont secouru quinze autres», a déclaré à l’AFP, une porte-parole des services de secours des Canaries. «Les corps de deux personnes décédées ont été retrouvés, la recherche d’autres occupants du bateau se poursuit», avait indiqué dans un premier temps la porte-parole.

Elle a précisé que le drame s’était produit sur la côte du village de pêcheurs d’Orzola, au nord de Lanzarote, une île de l’archipel des Canaries, situé dans l’océan Atlantique, au large des côtes marocaines.

Afflux croissant

Peu après, le directeur des urgences et de la sécurité de Lanzarote, Enrique Espinosa, a annoncé que deux autres personnes avaient été retrouvées mortes et qu’on comptait pour le moment 28 survivants. Il a estimé que trois autres migrants décédés restaient à retrouver.

Les Canaries ont connu cette année un afflux croissant de migrants africains, partis d’Afrique à bord d’embarcations précaires: plus de 18 000 ont atteint cet archipel en 2020, dont environ la moitié au cours du dernier mois. Cette situation ravive le souvenir de la crise migratoire de 2006, quand 30 000 migrants avaient débarqué sur les îles de l’archipel.

Le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez a fait aménager des camps temporaires pour accueillir jusqu’à 7 000 personnes, et a lancé une offensive diplomatique dans plusieurs pays africains, pour tenter de freiner les départs des migrants vers les îles espagnoles dans l’Atlantique.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion