Politique au Luxembourg – Un budget jugé «constructif» ou «trop vague»

Publié

Politique au LuxembourgUn budget jugé «constructif» ou «trop vague»

LUXEMBOURG – Les représentants des partis politiques ont réagi mercredi après la présentation du budget par Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances.

Pierre Gramegna a présenté le projet de budget 2022.

Pierre Gramegna a présenté le projet de budget 2022.

Editpress

Après l’exercice annuel de la présentation du budget, mercredi par Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, est venu celui des réactions politiques.

Du côté de la majorité, Georges Engel remarque que «la dette se tient dans une limite tolérable». «En tant que membre du LSAP, je me réjouis que le budget soit social, avec 47% des dépenses dans ce domaine». Dans la même veine, Josée Lorsché (Déi Gréng) estime que «les grands investissements sont une manière de faire de la politique de manière constructive». Elle note les projets de mobilité, pour certains déjà votés et l’accent sur le logement, «un dossier sous lequel se cachent des problèmes sociaux».

Georges Engel et Josée Lorsché (Editpress)

«Le discours était porteur d’avenir, car axé sur la transition verte. L’accent a été mis sur la mobilité, notamment dans le domaine des chemins de fer», a réagi André Bauler, membre du DP comme Pierre Gramegna et président de la commission Finances à la Chambre. Il s’est dit «rassuré par la baisse du déficit» et «satisfait que le Luxembourg soit l’un des premiers pays à respecter les critères de Maastricht» après la crise.

André Bauler (Editpress)

«Le ciel bleu ne sera-t-il pas couvert de nuages noirs?»

L’opposition se montre évidemment plus critique, à l’image de Gilles Roth, coprésident de la fraction CSV. «Des buts ont été annoncés, mais peu de chemins qui mènent vers ces buts», déplore-t-il. Il aurait voulu «un autre agencement de la politique fiscale, pour réduire l’écart entre les plus pauvres, de plus en plus nombreux, et les gens plus aisés». Enfin, «le ministre n’a même pas mentionné la sécurité intérieure, ce qui est déplorable».

De son côté, Fernand Kartheiser (ADR) ne voit «pas de concept pour rembourser la dette, que nous laissons aux générations futures». Il critique aussi une vision «trop optimiste de la Place financière, alors qu’elle ne se trouve plus dans les 20 plus importantes du monde».

Gilles Roth et Fernand Kartheiser (Editpress)

Sven Clement a ironisé sur le document de présentation montrant un paysage idyllique du Luxembourg: «Pierre Gramegna a dessiné un beau tableau, mais le ciel bleu ne sera-t-il pas couvert de nuages noirs? Les vignes ne seront-elles pas atteintes par des maladies?». Selon le Pirate, les bons chiffres macroéconomiques sont liés «à notre modèle économique, basé sur les services. Je ne pense pas que le gouvernement puisse se vanter de cela, c’est plutôt de la chance».

Sven Clement et Nathalie Oberweis (Editpress)

Enfin, Nathalie Oberweis (déi Lénk) évoque «une déclaration trop vague, avec peu de mesures concrètes qui nous impressionnent». Si elle reconnaît que «la politique sociale est là», elle pense qu’il ne s’agit «que de cadeaux à gauche à droite, sans créer les fondements d’une société plus juste».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion