Sud-ouest de la France – Un candidat de téléréalité au coeur d'un drame

Publié

Sud-ouest de la FranceUn candidat de téléréalité au cœur d'un drame

La compagne d'Olivier, participant à l'émission «10 couples parfaits», diffusée cet été sur «NT1», a été assassinée à son domicile, près de Bayonne. Elle était enceinte de 8 mois.

Olivier, étudiant à Bordeaux, n'habitait pas avec sa compagne.

Olivier, étudiant à Bordeaux, n'habitait pas avec sa compagne.

NT1

Un drame a frappé mercredi la petite commune d'Ustaritz, à une vingtaine de kilomètres de Bayonne. Olivier, 23 ans, candidat de l'émission «10 couples parfaits» sur NT1, a retrouvé le corps sans vie de sa compagne, elle aussi âgée de 23 ans, enceinte de huit mois. «Le corps se trouvait sur le lit de la chambre à coucher, les poignets et les chevilles ligotés, les yeux bandés, et bâillonnée avec des torchons», avait expliqué jeudi lors d'une conférence de presse le procureur de la République à Bayonne, Samuel Vuelta Simon, citant également des «traumatismes violents et répétés, à la face principalement».

L'autopsie du corps de la victime a effectivement mis en évidence des «lésions traumatiques du visage», notamment une «fracture du nez», indique le procureur dans un communiqué vendredi. L'autopsie n'avait pas encore déterminé si la victime avait subi des violences sexuelles. Et surtout, «elle confirme que le décès est consécutif à un syndrome asphyxique majeur, avec obstruction des voies aériennes supérieures» par le bâillon. Aucune trace d'effraction n'a été retrouvée sur les lieux du crime. Une enquête de flagrance a été ouverte sur cet «acte criminel particulièrement violent sur une personne vulnérable», car à un stade avancé de sa grossesse, avait souligné le procureur de Bayonne. Elle mobilise cinquante gendarmes, a souligné le lieutenant-colonel Laurent Lesaffre, de la Section de Recherches de la gendarmerie de Pau.

La victime, originaire de Béziers, était élève infirmière à Bordeaux et avait décidé de venir à Ustaritz pour y passer les dernières semaines de sa grossesse.

(MC/L'essentiel/AFP)

Ton opinion