«Koh-Lanta» – Un candidat mis en examen pour homicide

Publié

«Koh-Lanta»Un candidat mis en examen pour homicide

L’un des aventuriers du «Totem maudit» est sous le coup d’une enquête après le décès d’un sapeur-pompier. La production du jeu l’ignorait.

«Koh-Lanta: Le totem maudit» commencera le 22 février 2022 sur TF1.

«Koh-Lanta: Le totem maudit» commencera le 22 février 2022 sur TF1.

©A.ISSOCK/ALP/TF1

Après les tricheries de 2021, la production de «Koh-Lanta» et TF1 se seraient bien passés des révélations du Canard enchaîné à propos de l’un des candidats de la prochaine saison du jeu, qui commencera le 22 février 2022. Selon l’hebdomadaire français, François, l’un des aventuriers du «Totem maudit», est sous le coup d’une enquête pour homicide involontaire avec six de ses collègues.

L’homme, alors commandant dans le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Hérault et âgé de 38 ans, a été mis en examen en 2016 après le décès d’un sapeur-pompier lors d’un incendie de forêt dans lequel trois hommes du feu avaient également été grièvement blessés. Les sept personnes sont soupçonnées «d’avoir donné à la troupe des ordres inadaptés, parfois contradictoires, et fourni une information insuffisante et des matériels obsolètes», écrit Le Canard enchaîné

Une participation qui ne passe pas

Contactée par «Voici», la société Adventure Line Productions (ALP) a indiqué qu’elle ignorait les accusations pesant contre François, qui est présumé innocent. «L’information le concernant n’était pas publique et elle est couverte par le secret de l’instruction. Nous avons suivi nos process de sélection qui sont encadrés par la loi afin de respecter la vie privée des concurrents», a fait savoir ALP, ajoutant que le pompier lui avait transmis un extrait de son casier judiciaire prouvant qu’il ne faisait l’objet d’aucune condamnation.

Si François a donc tout à fait le droit de prendre part à «Koh-Lanta», cette participation reste en travers de la gorge des victimes et de leurs proches. Selon leur avocat, Me Luc Abratkiewicz, interrogé par «Le Canard enchaîné», «le SDIS affiche son mépris pour les victimes».

(L'essentiel/jfa)

Ton opinion