Réactions au Luxembourg – «Un changement de génération en France»
Publié

Réactions au Luxembourg«Un changement de génération en France»

LUXEMBOURG - Les réactions au Luxembourg n'ont pas tardé, sitôt connu le résultat du premier tour de l'élection française, qui a vu émerger Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Xavier Bettel a exprimé sa déception de voir le Front national recueillir plus de 20% des voix.

Xavier Bettel a exprimé sa déception de voir le Front national recueillir plus de 20% des voix.

Editpress/Alain Rischard

Juste après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle française, les premières réactions au Luxembourg sont tombées. Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) s'est déclaré «content de voir un changement de génération en France avec Emmanuel Macron», le candidat de 39 ans, qui est arrivé en tête des suffrages.

«Et je suis surtout heureux de voir un proeuropéen en tête de ce premier tour, a-t-il poursuivi. J'ai eu la chance d'être en contact avec lui et de le rencontrer. Nous défendons des valeurs communes. En revanche, je ne peux pas me réjouir que 20% des Français votent pour Marine Le Pen». Sa préférence entre les deux candidats semble donc claire!

Asselborn veut «stopper» Marine Le Pen

Claude Wiseler, qui sera tête de liste du CSV aux législatives, a également donné son opinion, à L'essentiel: «Je ne peux pas dire que je sois surpris par les résultats de ce premier tour en France. Ils sont conformes à ceux que l'on attendait au vu des sondages d'opinion. Pour le second tour, on ne peut que supporter Emmanuel Macron», annonce clairement l'actuel chef de fraction de son parti à la Chambre.

Le profil détonnant des candidats l'interroge néanmoins. «Ce résultat pose question, car les deux finalistes ne sont pas issus des grands partis traditionnels de droite et de gauche. Le paysage politique français est à recomposer. Et je souhaite pour l'avenir de la France et de l'Europe qu'Emmanuel Macron gagne et qu'il trouve une majorité stable de centre-droit ou de centre-gauche pour les prochaines années. Une France politiquement instable serait une catastrophe». La majorité à l'Assemblée nationale se décidera lors des législatives du mois de juin.

Jean Asselborn (LSAP), ministre des Affaires étrangères, a relevé que les partis classiques étaient absents du grand rendez-vous du deuxième tour. «Cela montre que le système des primaires ne constitue pas de garantie pour gagner les élections», a-t-il déclaré au Tageblatt. Il estime que Marine Le Pen doit être stoppée car elle représente «un danger pour la république».

D'autres personnalités politiques ont réagi sur les réseaux sociaux.

(L'essentiel)

Ton opinion