Menaces avec un couteau – Un collégien mis en examen à Metz

Publié

Menaces avec un couteauUn collégien mis en examen à Metz

METZ - Le collégien qui avait menacé avec un couteau une enseignante qui voulait convoquer l’un de ses parents, en raison de difficultés scolaires, a été mis en examen.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Cet adolescent de 15 ans, qui n’avait «aucun antécédent» judiciaire, a été déféré à l’issue de sa garde à vue et mis en examen par un juge des enfants pour acte d’intimidation sur personne chargée d’une mission de service public, et introduction d’une arme dans un établissement scolaire, a indiqué le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri.

Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de rencontrer l’enseignante menacée et de s’approcher du collège Philippe de Vigneulles où s’étaient produits les faits, vendredi matin, selon la même source. Il sera par ailleurs transféré dans un établissement éducatif à Strasbourg, a-t-on ajouté.

Cellule d’écoute

Selon le quotidien régional Le Républicain Lorrain, cet élève de 3e, originaire de la région parisienne, était arrivé il y a peu de temps dans la région messine, où il vivait chez un membre de sa famille. Vendredi matin, alors qu’il était seul dans une salle avec son enseignante, il l’avait menacée avec une «arme blanche», au motif qu’elle voulait convoquer «pour un entretien» le parent de l’adolescent, aux prises avec des «difficultés scolaires», avait indiqué dans un communiqué la police.

L’enseignante, qui n’a pas été blessée, a pu se mettre à l’abri et l’adolescent, «resté seul dans une salle, a été interpellé par les policiers, quelques minutes après», selon la même source. «Aucun blessé n’est à déplorer au terme de l’opération, pendant laquelle» les collégiens «présents dans l’établissement avaient été également mis en sécurité», avait indiqué la police. «Une cellule d’écoute à destination des élèves et de l’équipe éducative» a été mise en place au sein du collège, selon le rectorat de Metz-Nancy, et une «cellule d’urgence médicopsychologique (CUMP)» sera également activée lundi.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion