Un conflit social se profile dans le secteur du bâtiment au Luxembourg

Publié

Au Luxembourg Un conflit social se profile dans le secteur du bâtiment

LUXEMBOURG – Les syndicats demandent de meilleures rémunérations pour les 20 000 salariés du secteur. Le patronat dit n'avoir «aucune marge de négociation».

Olivier Loyens
par
Olivier Loyens

Vincent Lescaut/L'essentiel

«Deux ans de négociations et toujours rien», déplore Jean-Luc de Matteis, de l'OGBL. Le syndicat et son homologue du LCGB ont organisé, mercredi matin, un point presse pour déplorer le fait que la convention collective dans le secteur du bâtiment (20 000 salariés) n'ait toujours pas été renouvelée. Ils demandent notamment une augmentation des salaires de 2% par an, en 2023 et en 2024. «Le salaire moyen dans le secteur oscille entre 3000 et 3200 euros», décrypte Jean-Luc de Mattéis.

L'OGBL et le LCGB souhaitent aussi que la prime de fin d'année passe à 8,4% du salaire annuel brut, contre 5% + 2% actuellement. «La prime de 5% + 2% du salaire annuel brut est calculée sur base des heures de travail prestées, abstraction faite des congés payés, des jours fériés ou chômés et des congés extraordinaires et des heures chômées pour maladie ou accident, explique le LCGB. Le complément de prime de 2% est dû à tous les salariés (sans aucun conditionnement)». En outre, les syndicats demandent que le congé légal annuel passe de 27 à 30 jours.

Indicateurs à la baisse

Mais la Fédération des entreprises de construction et de génie civil explique n'avoir «aucune marge de négociation». «La situation dans le secteur de la construction (NDLR: 20 000 salariés) est assez difficile et imprévisible, indique Patrick Koehnen, secrétaire général adjoint de la Fédération des artisans, chargé des négociations pour la Fédération des entreprises de construction et de génie civil. Les indicateurs comme le nombre d'autorisations de bâtir (-23% en 2022), le nombre d'actes de ventes d'appartements neufs (-60% au 4e trimestre 2022 par rapport à la même période en 2020) ou le nombre de crédits immobiliers (-32% en février 2023 par rapport à février 2022) sont à la baisse».

La Fédération estime que la priorité actuelle est de «maintenir les salariés dans l'emploi». «Nous demandons aux syndicats de se revoir dans un an, le temps de voir comment la situation évolue», ajoute Patrick Koehnen. Face à ce dialogue social rompu, les syndicats disent envisager de saisir l'Office national de conciliation.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

25 commentaires