Au Royaume-Uni – Un «coup de pouce» aux véhicules électriques
Publié

Au Royaume-UniUn «coup de pouce» aux véhicules électriques

L'installation d'un point de recharge pour véhicule électrique sera obligatoire dans les nouvelles constructions et dans le cadre de «rénovations majeures», à partir de 2022.

Le Royaume-Uni interdira la vente de véhicules diesel et essence neufs, à partir de 2030.

Le Royaume-Uni interdira la vente de véhicules diesel et essence neufs, à partir de 2030.

AFP/Daniel Leal

L'installation d'un point de recharge pour véhicule électrique sera obligatoire au Royaume-Uni, dans les nouvelles constructions et dans le cadre de «rénovations majeures» à partir de 2022, a annoncé lundi, le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Le gouvernement espère que 145 000 nouveaux points de recharge seront créés chaque année grâce à cette nouvelle réglementation, alors que le Royaume-Uni a fixé à 2030 l'interdiction des ventes de nouveaux véhicules essence et diesel dans le pays.

Cette obligation s'appliquera «à partir de l'an prochain» aux constructions de «nouvelles maisons et bâtiments tels que les supermarchés ou lieux de travail» ainsi que pour les bâtiments subissant «une rénovation majeure», ont précisé les services du Premier ministre, dans un communiqué.

Une certaine «déception»

Le gouvernement précise avoir soutenu jusqu'ici la construction de «plus de 250 000» points de recharges à domicile et sur des lieux de travail. Boris Johnson doit s'exprimer lundi matin, devant des chefs d'entreprises britanniques lors de la conférence annuelle de l'organisation patronale CBI.

Un peu plus d'une semaine après la fin de la COP26 à Glasgow, en Écosse, à l'issue de laquelle il avait reconnu une certaine «déception», il doit notamment détailler des propositions visant à aider les «secteurs public et privé à travailler ensemble» vers la neutralité carbone, dont un programme de prêts à destination des PME ou des projets liés aux énergies renouvelables.

Le Royaume-Uni avait réuni fin octobre, investisseurs et multinationales à l'occasion d'un sommet visant à financer se «révolution verte», pour laquelle il s'est fixé l'objectif d'attirer 90 milliards de livres d'investissement privé d'ici 2030.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion