Au Luxembourg: Un cours de yoga spécialement dédié à la fertilité
Publié

Au LuxembourgUn cours de yoga spécialement dédié à la fertilité

LUXEMBOURG – Comme d'autres, Sarah a essayé différentes techniques pour tomber enceinte. En vain. Elle a donc décidé de prendre part au cours de yoga d'Eileen. Le professeur nous présente son déroulement.

par
Marine Meunier
1 / 5
Comme d'autres, Sarah a essayé différentes techniques pour tomber enceinte. En vain. Elle a donc décidé de prendre part au cours de yoga d'Eileen. Le professeur nous présente son déroulement.

Comme d'autres, Sarah a essayé différentes techniques pour tomber enceinte. En vain. Elle a donc décidé de prendre part au cours de yoga d'Eileen. Le professeur nous présente son déroulement.

L'essentiel
Jambes en l’air, soulèvement du bassin... Sur un air relaxant digne des centres de thalasso, des femmes de tout âge et tout profil enchaînent les mouvements sur un tapis. «Il s'agit d'un yoga doux qui va venir calmer le système nerveux et aider à la respiration, explique la professeur. C'est bon pour le stress et le mental. Avec ces mouvements, on va augmenter la circulation sanguine au niveau du bassin et ainsi améliorer le système reproductif».

Jambes en l’air, soulèvement du bassin... Sur un air relaxant digne des centres de thalasso, des femmes de tout âge et tout profil enchaînent les mouvements sur un tapis. «Il s'agit d'un yoga doux qui va venir calmer le système nerveux et aider à la respiration, explique la professeur. C'est bon pour le stress et le mental. Avec ces mouvements, on va augmenter la circulation sanguine au niveau du bassin et ainsi améliorer le système reproductif».

L'essentiel
«Avec ces mouvements, on va augmenter la circulation sanguine au niveau du bassin et ainsi améliorer le système reproductif. On travaille également sur la confiance en soi de chacun», détaille Eileen.

«Avec ces mouvements, on va augmenter la circulation sanguine au niveau du bassin et ainsi améliorer le système reproductif. On travaille également sur la confiance en soi de chacun», détaille Eileen.

L'essentiel

«Depuis un an, j'essaie de tomber enceinte et je n'y parviens pas, confie Sarah, 37 ans, entre deux exercices dans le petit studio de My Happy Place. J'ai fait une fausse couche, il y a déjà plusieurs mois». Comme elle, une vingtaine de femmes se sont inscrites au cours d’Eileen von Knobelsdorff, professeur de yoga, à Luxembourg. La trentenaire leur propose des cours de yoga bien différents des autres, avec pour objectif une amélioration de leur fertilité.

Jambes en l’air, soulèvement du bassin... Sur un air relaxant digne des centres de thalasso, des femmes de tout âge et tout profil enchaînent les mouvements sur un tapis. «Il s'agit d'un yoga doux qui va venir calmer le système nerveux et aider à la respiration, explique la professeur. C'est bon pour le stress et le mental. Avec ces mouvements, on va augmenter la circulation sanguine au niveau du bassin et ainsi améliorer le système reproductif».

On a l'impression d'être seules

Sarah

«Venir ici me fait beaucoup de bien», confie Sarah, après cette séance hebdomadaire. Grâce à ce rendez-vous, la Luxembourgeoise peut échanger avec les autres participantes, qui traversent parfois les mêmes épreuves. «On a l'impression d'être seules, c'est comme tabou, personne n'en parle autour de nous». «Et tant qu'on ne l'a pas vécu, c'est compliqué de comprendre ce que l'on vit, ajoute Eileen, les médecins peuvent d'ailleurs parfois être cruels dans leurs propos. Dans mon cas, on m’avait dit que ma chance était de 5% pour une fécondation in vitro et finalement, j’ai eu de bons résultats, c’était presque un miracle», selon mon médecin.

En plus de générer du stress, ne pas pouvoir procréer comme d'autres impacte aussi la confiance en soi. Un élément loin d'être mis de côté puisque la professeur n'hésite pas à encourager ses élèves à chaque mouvement. Selon la coach sur la fertilité, deux de ses participantes sont tombées enceintes au cours de leur session. Un succès pour la professeur. «Évidemment, on ne peut pas savoir si tout est réellement lié mais c’est sûr que les cours aident», assure-t-elle. Outre le yoga, différentes pratiques favorisent la fertilité comme l’acupuncture, la sophrologie ou encore l’hypnose, mentionne Caroline Schilling, gynécologue du centre hospitalier du Luxembourg, des techniques qui sont «soutenues» par l’hôpital. De son côté, Eileen souhaiterait approfondir davantage les ateliers à l'avenir. Pour le moment, la Luxembourgeoise organise les cours tous les jeudis, à 12h30, au studio My Happy Place.

Ton opinion

5 commentaires