Sotheby's – Un diamant historique mis aux enchères

Publié

Sotheby'sUn diamant historique mis aux enchères

Le «Beau Sancy» qui a orné la couronne de Marie de Médicis le jour où elle a été sacrée reine de France aux côtés d'Henri IV, la veille de l'assassinat de ce dernier, sera vendu aux enchères le 15 mai à Genève.

Le prix de ce diamant blanc pesant 34,98 carats et taillé en forme de poire est évalué à entre deux et quatre millions de dollars (1,5 million à trois millions d'euros). Il mesure 2,3 cm de haut sur 1,9 cm de large et 1,1 cm de profondeur. Ce diamant a été acheté à Constantinople par Nicolas de Harlay, Seigneur de Sancy (1546-1629), et provient sans doute de la cité de Golconde, dans le centre de l'Inde, dont sont issus des diamants célèbres comme le Koh-i-Noor et le Regent. Le Seigneur de Sancy a vendu son diamant en 1604 à Henri IV, qui l'a offert à son épouse Marie de Médicis. Nicolas de Harlay avait un autre diamant en sa possession, appelé le «Sancy» ou «Grand Sancy», vendu au roi d'Angleterre, et aujourd'hui conservé au Musée du Louvre. Le «Grand Sancy» est un diamant de 55,23 carats.

Le «Beau Sancy» était considéré comme le plus gros diamant de la collection de Marie de Médicis, passionnée de pierres précieuses. La Reine a vendu le diamant au Prince d'Orange-Nassau en 1641, pour régler ses dettes. Le diamant est ensuite passé entre les mains de Marie Stuart, qui l'a reçu en cadeau de mariage. On retrouve ensuite le diamant chez Frédéric I, premier roi de Prusse en 1702, qui en fit l'ornement principal de la nouvelle couronne de Prusse.

Tour du monde

Répertorié comme étant la plus grande pierre précieuse de la Maison royale de Prusse, le «Beau Sancy» a été transmis de génération en génération, jusqu'à aujourd'hui. C'est un arrière-arrière-petit-fils du dernier Kaiser (à la tête de l'Allemagne), Georges-Frédéric, 36 ans, à la tête de la Maison royale de Prusse, qui met en vente le diamant.

Au cours des 40 dernières années, le «Beau Sancy» n'a été exposé que quatre fois au grand public. La dernière remonte à 2004, à Munich, dans le cadre d'une exposition consacrée aux trésors allemands. Le «Beau Sancy» fera le tour du monde avant d'être vendu à Genève et sera exposé à Hong-Kong, New York, Rome, Paris, Londres et Zurich.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion