Libye – Un diplomate avait prédit sa mort sur Internet

Publié

LibyeUn diplomate avait prédit sa mort sur Internet

Un des quatre diplomates américains tués mardi dans une attaque à Benghazi avait assuré quelques instants avant son décès dans un message instantané à un ami qu'il pourrait «mourir ce soir».

L'ancien militaire de l'US Air Force Sean Smith, officier en charge du service des communications au consulat, était en train de jouer en ligne quand des hommes armés ont manifesté devant la représentation américaine contre un film insultant l'islam selon eux. Sean Smith, qui utilisait le pseudonyme «Vile Rat», était en discussion avec un autre joueur et a alors répondu à un précédent message: «Si l'on ne meurt pas ce soir. On a vu l'un des policiers qui gardent les lieux en train de prendre des photos». «Il était connecté sur le service de messagerie instantanée quand les événements se sont produits», a raconté un de ses amis joueurs qui utilise le pseudonyme de «The Mittani».

Ce dernier a ajouté que Sean Smith avait ensuite écrit «Coups de feu !» avant de se déconnecter. Il n'est ensuite jamais revenu en ligne. Ce joueur a dit que Sean Smith était son «ami depuis six ans, tant dans la vie réelle que sur internet», et l'un des membres les plus connus du réseau en ligne Eve. Selon la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, Sean Smith avait passé 10 ans au département d'Etat. Il était en Libye pour une mission de courte durée.

Ambassadeur tué

L'ambassadeur américain en Libye et trois membres de la mission ont été tués mardi soir à Benghazi lors de violentes manifestations contre une vidéo jugée insultante pour le prophète Mahomet. Cinq autres ont été blessées. Le président américain Barack Obama a promis justice mercredi, tout en assurant vouloir préserver les relations entre les deux pays.

Deux des quatre hommes tués ont péri dans une fusillade alors que des soldats américains tentaient de les évacuer d'une maison où ils s'étaient réfugiés, selon le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Wanis al Charif. Les autres auraient été visés par des tirs de roquettes.

L'attaque a aussi fait une dizaine de victimes - tuées ou blessées - parmi les agents de sécurité libyens qui protégeaient le bâtiment, a indiqué mercredi le représentant permanent adjoint libyen à l'ONU, Ibrahim Dabbashi. L'attentat, selon un responsable des services de sécurité libyens, aurait été menée par Ansar al Charia, un groupe islamiste sunnite très présent à Benghazi.

Obama promet justice

Le président américain Barack Obama a promis mercredi lors d'une conférence de presses que justice serait faite, tout en assurant que ce drame ne nuirait pas aux relations entre Washington et le nouveau gouvernement libyen. La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a imputé l'attaque à «un petit groupe de gens insensés». Le Pentagone a en outre annoncé le déploiement en Libye d'une équipe de Marines spécialisés dans la lutte antiterroriste.

Cette attaque a été unanimement condamnée en Occident, à commencer par Paris et Londres, moteurs de l'appui militaire occidental aux rebelles libyens qui ont fait chuter le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais aussi par l'Allemagne, l'Italie, le Canada et des organisations comme l'OTAN et l'UE.

Le Luxembourg condamne également «au plus haut degré» ces actes de violences, a déclaré mercredi le ministère des Affaires étrangères dans une prise de position. «Cet acte atroce ne peut trouver aucune justification, et ses auteurs doivent être traduits en justice. La protection des missions diplomatiques, principe fondamental du droit international, doit être garantie, tant en Libye qu’ailleurs.»

Tripoli accuse

Le président de l'Assemblée nationale libyenne Mohammed Magarief a présenté des excuses aux Etats-Unis, promettant que les coupables seraient retrouvés et châtiés. Il a en outre assuré que les missions diplomatiques et sociétés étrangères se trouvaient «sous la protection du pays et des forces de sécurité»

Les autorités libyennes ont en outre accusé d'être responsables de l'attaque les partisans de l'ancien régime de Kadhafi, l'ambassadeur Christopher Stevens ayant soutenu avec passion la révolte populaire en 2011. Elles ont aussi pointé Al-Qaïda, liant l'attaque de l'ambassade à l'attentat des tours jumelles à New York revendiqué par le réseau terroriste, survenus tous deux un 11 septembre.

L'ONU condamne

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mercredi «dans les termes les plus fermes» l'attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi en Libye. L'ambassadeur américain et trois fonctionnaires de la mission avaient été tués au cours de l'attentat. Dans une déclaration, les quinze pays membres du Conseil ont estimé que ces actes étaient «injustifiables quelles que soient leurs motivations, leurs auteurs» et les circonstances. Ils ont également condamné l'intrusion de manifestants dans l'enceinte de l'ambassade américaine au Caire.

Le Conseil a réaffirmé «le principe fondamental de l'inviolabilité des locaux diplomatiques et consulaires», ainsi que «l'obligation pour les gouvernements hôtes» de protéger ces locaux et les agents diplomatiques et consulaires, aux termes des conventions de Vienne. Dans une déclaration séparée, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lui aussi «condamné cette attaque dans les termes les plus fermes», se déclarant «profondément attristé» par la mort des quatre diplomates américains et d'»employés libyens du consulat».

«Les Nations unies s'opposent à toute forme de calomnie contre une religion mais rien ne justifie les actes de violence qui ont eu lieu à Benghazi», ajoute le communiqué de M. Ban.

Musulmans «offensés»

Dans plusieurs pays musulmans, les condamnations étaient d'abord dirigées vers le film ayant conduit aux manifestations, le jugeant «offensant» et «immoral», notamment en Egypte, en Tunisie, en Iran et en Afghanistan, où le site YouTube sur lequel la vidéo avait été diffusée a été brièvement bloqué.

Le gouvernement égyptien a cependant dénoncé l'attaque «injustifiable» de l'ambassade américaine au Caire survenue aussi mardi soir et a enjoint ses citoyens à manifester leur colère «dans la retenue». Les talibans ont quant à eux appelé les Afghans à prendre les armes et se venger sur les militaires américains.

Réalisateur caché

La vidéo controversée réalisée aux Etats-Unis et intitulée «l'Innocence des musulmans» se veut une description de la vie de Mahomet. Elle présente le prophète comme un imbécile, un homme à femmes et un imposteur et évoque l'homosexualité et la pédophilie. «Il est bouleversé par le meurtre de l'ambassadeur» Christopher Stevens, a assuré Steve Klein, soulignant qu'il avait parlé au téléphone à Sam Bacile --un pseudonyme, selon Steve Klein,un consultant qui a travaillé avec lui sur le long métrage-- plus tôt dans la journée, mais qu'il ignorait où il se trouvait.

Quand il a été mis au courant de la mort de l'ambassadeur américain en Libye, «il s'est effondré», a souligné M. Klein, qui a affirmé être l'une des 15 personnes à l'origine du film «L'innocence des musulmans». Sam Bacile est inquiet pour des membres de sa famille en Egypte qui «se cachent eux aussi», a-t-il poursuivi.

Selon M. Klein, Sam Bacile pourrait connaître le même sort que le réalisateur néerlandais Theo Van Gogh, qui avait été tué en 2004 après avoir créé la polémique avec un film critiquant violemment l'islam. «S'il révèle son identité, il sera sûrement» tué, a estimé M. Klein. Ce dernier a précisé qu'il ne connaissait le réalisateur de «L'innocence des musulmans» que sous le nom qu'il lui avait donné lors de leur première rencontre: Sam Bacile. Selon la presse américaine, il s'agirait d'un promoteur immobilier israélo-américain, mais son nom était introuvable sur internet avant les événements des derniers jours.

«Je suis sûr que son vrai nom, c'est autre chose. Je n'ai aucune idée de la raison pour laquelle il a choisi Sam ou Bacile », a conclu M. Klein.

La bande-annonce du film:

Kaboul fait bloquer Youtube

Le ministère afghan de la Communication et des Technologies de l'information a indiqué mercredi avoir débloqué le site de visionnage de vidéos Youtube, après en avoir interdit l'accès pendant 90 minutes pour empêcher la diffusion d'un film très polémique et hostile à l'islam.
«Le site de Youtube a été bloqué pendant environ 90 minutes. Nous l'avons maintenant débloqué», a déclaré Aimal Marjan, un cadre de ce ministère.

C'est la première fois qu'une telle mesure est prise en Afghanistan, où seuls les contenus pornographiques sont habituellement interdits et les sites anti-islam sont filtrés, a-t-il expliqué. La présidence afghane avait précédemment «fortement condamné» mercredi ce film, le qualifiant «d'inhumain et insultant».

Le consulat américain de Benghazi en feu:

(L'essentiel Online/AFP/ats)

La Libye «a besoin» des Américains

L'ambassadeur libyen aux Etats-Unis Ali Suleiman Aujali a estimé mercredi que son pays avait toujours «besoin de l'aide» américaine en condamnant «vivement» les violences qui ont coûté la vie mardi à quatre Américains, dont l'ambassadeur américain en Libye.

L'ambassadeur a indiqué devant la presse à Washington que son gouvernement «ferait tout son possible pour trouver les responsables de l'attaque mortelle» qui a coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens, afin de savoir si les auteurs «avaient des liens à l'étranger et combien de groupes sont impliqués».

Le «peuple américain nous a aidés pendant la guerre et la révolution, nous avons besoin de cette aide, pendant la guerre et pendant la paix», a ajouté l'ambassade lors d'une conférence de presse impromptue organisée par des responsables d'organisations religieuses musulmanes, juives et chrétiennes.

Ton opinion