Viticulture au Luxembourg – Un drone pour traiter les vignes de la Moselle

Publié

Viticulture au LuxembourgUn drone pour traiter les vignes de la Moselle

WORMELDANGE - L’avenir est en marche et les drones sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Démonstration au cœur des vignes de la Moselle.

Les équipes de AMX Future Solutions en place dans les vignes de Wolmerdange de bon matin.

Les équipes de AMX Future Solutions en place dans les vignes de Wolmerdange de bon matin.

L'essentiel/Frédéric Lambert

Tradition multiséculaire au Luxembourg, la culture de la vigne s’adapte aux nouvelles technologies. Alors que les vignerons traitaient encore les vignes à l’aide de tracteurs, voire d’hélicoptères, il y a quelques années, c’est désormais au tour des drones de venir s’attaquer aux maladies, aux petits ravageurs ou aux herbes indésirables.

La société AMX Future Solutions, basée à Gonderange, nous en a fait la démonstration, ce mardi 8 juin 2021, de très bon matin, sur les coteaux en pente de Wormeldange. «Les drones vont changer nos vies dans de multiples secteurs d’activités comme l’agriculture, la photographie ou encore la construction», prévoit Majid Maki, managing director qui emploie déjà huit personnes après une seule année d’activité.

La sécurité au centre des préoccupations

«Le début du mois de juin est la période recommandée pour l’épandage de pesticides dans les vignes», souligne-t-il encore, «et nous nous y employons avec un drone de 42 kg en respectant toutes les mesures de sécurité. On espère que notre travail permettra de produire du bon vin avec les raisins qui vont grandir grâce à notre intervention».

«Concrètement, nous sommes d’abord venus dans les vignes pour faire du «mapping» avec un plus petit drone et ainsi envoyer ces données cartographiques à nos clients», détaille Majid Maki. «Ensuite, avec les autorisations de la Direction de l’aviation civile (DAC), nous sommes revenus sur site avec un très grand drone pour effectuer la pulvérisation avec un véritable pilote de Cesna. Nous volons durant huit minutes et le drone opère à maximum trente mètres de haut avec précision et efficacité».

D’agriculteur à pilote de drone

Par le passé, compte tenu des fortes pentes entre les vignes, ce type d’intervention avec des tracteurs était tout simplement très risqué pour le personnel des vignerons. «Et le drone est plus précis et moins cher qu’un hélicoptère», ajoute Majid Maki. «Ici, notre précision se chiffre en centimètres. C’est très efficace et c’est automatique. Le drone peut théoriquement traiter un hectare en dix minutes. Ce type d’intervention coûte moins de 10 000 euros et notre principal drone, avec les batteries, coûte déjà près de 7 000 euros».

Pilote en chef chez AMX Future Solutions, Marteen Suijlen a pour mission que «tout se passe bien et que les drones volent à merveille». «Nous apportons un service aux viticulteurs et avec un drone de 42 kg, la sécurité prime sur tout le reste. Avant je pilotais des petits avions privés et cette formation est très utile pour piloter des drones. Quelle est la météo? Où est le drone? Où va-t-il? Que va-t-il faire? Voilà toutes les questions que l’on se pose. Il y a dix ans, je n’aurais jamais imaginé tout ça. Pendant 23 ans, j’étais agriculteur en France et me voici désormais en train de piloter un drone dans les vignes au Luxembourg».

(Frédéric Lambert / L’essentiel)

Ton opinion