«Un enfant mordu par un chien, mais rien ne se passe»

Publié

Santé au Luxembourg«Un enfant mordu par un chien, mais rien ne se passe»

LUXEMBOURG – Le cas d'un enfant mordu par un chien qui a passé plusieurs heures sans être soigné à la Kannerklinik s'est invité dans le débat politique. Interrogée, la ministre de la Santé avance notamment le contexte compliqué avec l'épidémie de bronchiolite.

par
Thomas Holzer
La Kannerklinik subit de plein fouet l'épidémie de bronchiolite.

La Kannerklinik subit de plein fouet l'épidémie de bronchiolite.

Editpress

Les enfants sont-ils pris en charge assez rapidement aux urgences? Dans une question parlementaire adressée au gouvernement, le député pirate Sven Clement relate le cas d'un enfant mordu par un chien, le 6 novembre dernier. Le garçon serait resté pendant plusieurs heures «sans que rien ne se passe» à la Kannerklinik, avant d'être finalement opéré au Kirchberg.

Interrogée sur ce cas précis, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, a simplement précisé jeudi que la direction de la Santé avait pris contact avec l'hôpital, mais s'est refusée à tout commentaire en raison du secret médical. Reste que cette histoire illustre le débat épineux du temps d'attente aux urgences, en particulier pour les enfants. Ce dernier «a augmenté ces dernières semaines» en raison de l'épidémie de bronchiolite, mais des dispositifs sont en place pour répondre aux urgences, explique la socialiste.

13 minutes entre l'admission et le tri

«Pour les urgences chirurgicales chez l'enfant, un chirurgien pédiatre est à chaque fois présent, en plus de la disponibilité d'un autre médecin si besoin», répond Paulette Lenert. La prise en charge dépend ensuite du degré de gravité. Depuis le début de l'année, les jeunes patients attendent en moyenne 13 minutes entre l'admission et la priorisation des cas plus ou moins graves par les équipes médicales.

Le temps d'attente moyen était d'environ 1h31 tous cas confondus, précise la ministre LSAP. Plusieurs mesures ont été prises pour répondre au défi de l'épidémie de bronchiolite: le personnel a été renforcé grâce à la réserve sanitaire, une ligne d'«accès rapide» aux salles d'attente a été ajoutée et une campagne de prévention a été lancée pour limiter le nombre de cas.

En un mois, plus de 160 enfants ont été hospitalisés pour une bronchiolite, a expliqué fin novembre le Dr Serge Allard, président de la Société luxembourgeoise de pédiatrie. «On ne voit pas encore le bout du tunnel. Il faudra sans doute encore plusieurs semaines», avait-il précisé.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

58 commentaires