Attentats de «Charlie Hebdo» – Un ex-indic a vendu les armes à Coulibaly

Publié

Attentats de «Charlie Hebdo»Un ex-indic a vendu les armes à Coulibaly

«BFMTV» révèle que les armes qui ont servi à tuer 4 personnes à l'Hyper Cacher - 5 au total - ont été vendues par un ex-indic de la gendarmerie.

Les quatre pistolets Tokarev et les deux Kalachnikov retrouvés dans la planque d'Amédy Coulibaly, auteur de la tuerie de l'Hyper Cacher et à Paris le 9 janvier 2015, lui ont été livrés par un ex-indic de la gendarmerie.

Les quatre pistolets Tokarev et les deux Kalachnikov retrouvés dans la planque d'Amédy Coulibaly, auteur de la tuerie de l'Hyper Cacher et à Paris le 9 janvier 2015, lui ont été livrés par un ex-indic de la gendarmerie.

AFP

Une partie de l'arsenal d'Amédy Coulibaly, qui a tué cinq personnes à l'Hyper Cacher et à Paris le 9 janvier 2015, provient de Lille. Mais c'est leur revendeur qui est dévoilé ce jour par la chaîne d'information continue BFMTV: les quatre pistolets Tokarev et des deux Kalachnikov qui seront notamment retrouvés dans la planque du terroriste, lui ont été livrés par un ex-indic de la gendarmerie de la section de recherches de Lille, Claude H.

C'est «sous surveillance de la gendarmerie» que cet homme, proche des milieux d'extrême droite, actuellement sous les verrous pour son implication présumée dans une autre affaire de trafic d'armes instruite à Lille, a vendu les armes à Amédy Coulibaly.

Les gendarmes en cause

Alors comment cette livraison d'armes n'a-t-elle pas pu être stoppée à temps? «Les gendarmes n'ont pas fait leur boulot» répond la femme de Claude H. aux enquêteurs de la sous-direction antiterroriste, en décembre 2015, dans cet interrogatoire partiellement révélé aujourd'hui et qui est classé secret défense.

Les juges qui instruisent le dossier des attentats de janvier ont demandé la déclassification de plusieurs documents.

Au lendemain des attentats contre la rédaction de Charlie Hebdo, Amédy Coulibaly tue une policière de 26 ans à Montrouge. Le jour suivant, il prend en otages les clients et employés d'une supérette Casher, porte de Vincennes, à Paris, en se revendiquant du groupe État islamique. Il assassine 4 personnes de confession juive. Il sera tué quelques heures plus tard par les forces spéciales françaises.

(L'essentiel/nxp)

Ton opinion